/news/coronavirus
Navigation

Au Pérou avec un bébé de 8 mois

bébé pérou
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Un couple de Québec avec un nouveau-né de 8 mois déplore n’avoir eu aucune chance pour revenir au Canada, alors que le Pérou a abruptement fermé ses frontières.

«Si jamais mon bébé tombe malade, je veux qu’il ait accès à des soins. On comprend le contexte mondial, on veut juste revenir et être la maison faire notre quarantaine en sécurité», s’inquiète Yani Ducasse-Hathi, qui se trouve à Arequipa avec son conjoint Alexandre Kelley et bébé Léo. 

Arrivés au pays le 9 mars dernier, la propagation de la COVID-19 n'avait pas encore eu des effets sur les vols d'avion et les frontières. Mais rapidement, la situation a évolué, au point où le président du Pérou a décrété la fermeture des frontières. Il leur était impossible de rejoindre l'aéroport de Lima, alors que la petite famille se trouvait à 17 heures d'autobus. 

«24 heure de préavis ce n'est pas assez. Si on avait eu trois ou quatre jours, on serait parti, mais là on est pris ici», déplore M. Kelley, un ingénieur de 34 ans. 

«Oui, avoir su, on serait revenu plus vite», renchérit sa conjointe, une enseignante de 30 ans. La date de retour initiale était le 12 avril. 

Difficultés avec l'ambassade

Le couple déplore également l'énorme difficulté à joindre l'ambassade canadienne afin d'obtenir des indications pour la suite, elle a réussi à obtenir un rendez-vous téléphonique pour le 23 mars prochain, soit plusieurs jours. Ils ne savent pas à quoi s'attendre comme dénouement. 

«On veut l'aide du Canada et on a l'impression de travailler dans le vide, relate Mme Ducasse-Hathi. 

On comprend le contexte mondial présentement. On veut juste revenir et être la maison faire notre quarantaine en sécurité.»

Ils espèrent maintenant que la situation ne va s'éterniser et que les vivres et les produits pour bébé ne viendront pas à manquer, surtout pour leur nouveau-né. Au moins, ils ne craignent pas pour leur sécurité, puisque l'armée péruvienne parcoure les rues et assure une présence. 

«Faut qu'on puisse avoir des couches, du lait de bébé, tout ce que est essentiel pour notre petit. Ça nous inquiète un peu, avoue la maman. On voit comment ça évolue et on n'a pas l'impression que la situation va s'améliorer. Si le gouvernement veut nous évacuer, le plus tôt semble être le mieux.»

  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres