/world/america
Navigation

Brésil: capture de 400 prisonniers évadés à la suite de mesures anti-coronavirus

Brésil: capture de 400 prisonniers évadés à la suite de mesures anti-coronavirus
AFP

Coup d'oeil sur cet article

SAO PAULO | Les autorités brésiliennes ont annoncé mardi la capture de 444 prisonniers qui s’étaient évadés la veille de centres pénitentiaires de l’État de Sao Paulo, après l’annonce d’une suspension des sorties temporaires de leur régime de semi-liberté pour éviter la propagation de la COVID-19. 

• À lire aussi: L’OMS met en garde contre l’automédication avec de l’ibuprofène

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie

« À 8 h 15 mardi, 444 prisonniers ont été capturés par la police militaire avec l’appui d’agents de la sécurité pénitentiaire », a annoncé le secrétariat de l’administration pénitentiaire de l’Etat de Sao Paulo (sud-est) dans un communiqué. 

L’administration a assuré que « la situation était sous contrôle » dans quatre centres pénitentiaires, sans toutefois préciser le nombre total de prisonniers qui s’étaient échappés. La presse brésilienne évoque le chiffre de près de 600 détenus. 

Brésil: capture de 400 prisonniers évadés à la suite de mesures anti-coronavirus
AFP

Lundi soir, des centaines de prisonniers s’étaient évadés après la décision des autorités de suspendre dès le lendemain les sorties temporaires permises par le régime de semi-liberté auquel ont droit environ 34 000 détenus, pour éviter la propagation de la COVID-19. 

Les autorités estimaient qu’au retour des détenus dans les prisons « il y aurait un grand risque d’introduire et propager le coronavirus au sein d’une population vulnérable ». 

Brésil: capture de 400 prisonniers évadés à la suite de mesures anti-coronavirus
AFP

Ces prisonniers en semi-liberté ont le droit de sortir de leur cellule dans la journée pour aller travailler ou suivre des études, et peuvent faire ainsi jusqu’à cinq sorties par an, chacune de sept jours. 

Les prisonniers capturés « ont perdu le droit de bénéficier du régime de semi-liberté, ils vont purger leur peine sous le régime fermé », a déclaré à la chaîne TV Globo le colonel Nivaldo Cesar Restivo, un responsable de l’administration pénitentiaire de l’État. 

Le Brésil, pays de 210 millions d’habitants, dénombre plus de 200 cas de contamination et a annoncé mardi un premier décès, à Sao Paulo.  

À voir aussi