/news/coronavirus
Navigation

Bars contraints de fermer: «En un clin d’œil, c’est le travail d’une vie qui s’effondre»

Le propriétaire du bar montréalais Saint-Bock a dû remercier ses 70 employés

Martin Guimond
Photo Pierre-Paul Poulin Martin Guimond, le propriétaire du Saint-Bock estime qu’il devra essuyer des pertes d’au moins 150 000 $ pour les deux prochaines semaines.

Coup d'oeil sur cet article

Le coronavirus frappe de plein fouet les commerçants. Le cœur brisé, le propriétaire du Saint-Bock a dû annoncer à ses 70 employés qu’ils perdaient leur emploi.  

• À lire aussi: Ces Québécois sont coincés à l'étranger 

• À lire aussi: «Nous sommes en guerre!» 

« C’est terrible, ça fait 14 ans que je suis ouvert et en un clin d’œil le travail d’une vie entière s’effondre », lâche Martin Guimond, propriétaire de la brasserie Saint-Bock de la rue Saint-Denis, à Montréal.   

Dans la foulée des fermetures des bars et des accès limités au restaurant, M. Guimond a annoncé à ses employés qu’ils n’avaient plus de travail pour une durée indéterminée.    

« On leur a dit qu’ils sont en chômage temporaire. On essaie de voir si, pour qu’ils aient droit au chômage, il faut les congédier. On ne peut pas juste les garder en suspens », explique-t-il.   

Sentiment d’impuissance  

Le plus difficile est le sentiment d’impuissance.    

« Quand tu n’as pas de clients, tu te demandes ce que tu peux faire de mieux. Mais là, on ne peut rien améliorer. Même dans mes cauchemars les plus terribles, j’aurais jamais imaginé ça. D’un coup, on se retrouve seul dans son commerce assis à terre et tu te dis : ayoye... y’a personne ! »   

Il comprend bien les consignes. « On ne veut pas que les gens soient malades, on a une conscience sociale. »   

Mais la réalité est que le Quartier latin a déjà été durement éprouvé ces dernières années par les travaux.    

« Un de nos collègues sur Saint-Denis, qui a un bar depuis une trentaine d’années, pleurait en se demandant ce qu’il allait faire », illustre-t-il.   

Le conseil d’administration de la SDC Quartier latin auquel siège M. Guimond se réunira d’urgence aujourd’hui pour tenter de trouver des réponses aux commerçants inquiets. Même si le gouvernement promet de l’aide, les factures continuent de rentrer.    

« Entre-temps, est-ce qu’Hydro et les banques pourraient nous donner un répit de paiement ? Est-ce que la Ville pourrait retarder les taxes municipales ? Concrètement, il se passe quoi ? On va recevoir l’argent la semaine prochaine ou dans deux ans, parce qu’on ne se rendra pas tous là. »   

À VOIR AUSSI  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres