/sports/fighting
Navigation

Kim Clavel prête à remettre son uniforme d'infirmière

Coup d'oeil sur cet article

La protégée du Groupe Yvon Michel (GYM) Kim Clavel est encore sous le choc. Invaincue en 11 combats professionnels, le coronavirus l’a mise K.-O. financièrement et professionnellement.

«Ça fait un gros trou dans le porte-monnaie. C’est des milliers de dollars. On ne se mentira pas, ce sont de vraies choses, a-t-elle expliqué dans le cadre d’un reportage de la chaîne TVA Sports, mardi. Les boxeurs, on n’a pas le droit au chômage, on n’a pas une paie par semaine. Pas de combat, pas d’argent.»

Le 21 mars, la championne NABF des poids mi-mouches devait défendre son titre pour la première fois, ce qui lui aurait permis en partie de payer ses entraîneurs, physiothérapeutes et partenaires d’entraînements. Lundi, elle apprenait que le gala de GYM du 28 mars au Centre Vidéotron n’aurait pas lieu. Son promoteur lui aurait réservé une place en sous-carte pour remplacer son combat de samedi.

«Ça tire de l’énergie, du temps et beaucoup de sous que tu investis, a-t-elle constaté. J’avais fait venir une boxeuse mexicaine comme partenaire d’entraînement avec les billets d’avion, l’hébergement, la nourriture et tu lui donnes une paye par semaine. Tu te dis que tu investis dans ta carrière et que ton prochain combat va pouvoir se rentabiliser.»

L’infirmière de retour sur le marché du travail

La boxeuse de 29 ans est au bout du rouleau, si bien qu’elle songe puiser dans son ancienne vie pour parvenir à subvenir à ses besoins. Infirmière de formation, elle avait quitté son poste au centre hospitalier de Joliette, en août dernier, pour vivre pleinement et uniquement de sa passion. Consciente des besoins de personnel durant la pandémie, Clavel veut offrir ses services aux hôpitaux de la grande région de Montréal.

«Mon uniforme est prêt, j’attends que le téléphone sonne. J’ai envoyé mon CV à Je soutiens COVID-19. J’ai aussi appelé mon ancien département de maternité. Les filles travaillent fort, elles font des quarts de soirs et de nuit... C’est le chaos.»

Dans l’attente d’un prochain combat, Clavel poursuit son entraînement en solitaire à la maison. Tout porte à croire que son deuxième combat de 2020 prévu lors du gala du 2 mai au Casino de Montréal sera aussi annulé.