/news/society
Navigation

Des sites pornos proposent des offres gratuites aux habitants des régions les plus touchées par la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs sites de vidéos pornographiques surfent sur l’épidémie de coronavirus en proposant des offres gratuites aux habitants des régions les plus touchées dans le monde.  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie 

• À lire aussi: Front commun des géants d’Internet face à la désinformation 

Le site PornHub, un des leaders du secteur, a d’abord offert une période d’abonnement prémium à tous les résidents italiens avant d’étendre l’offre aux Français et aux Espagnols, a-t-il annoncé mardi sur Twitter.  

Le site avait indiqué vendredi que la consommation de vidéos avait augmenté ces dernières semaines (+13,8 % en Italie le mercredi 11 mars, par rapport à un mercredi normal), mais surtout que les habitudes des spectateurs avaient changé, avec de nouveaux pics de consommation au cœur de la nuit et en fin de matinée.  

Son concurrent XHamster a proposé de son côté un abonnement prémium jusqu’à fin mars aux habitants de régions durement touchées comme la Lombardie et la Vénétie en Italie, mais aussi la ville de Téhéran, capitale de l’Iran, et Daegu en Corée du Sud.  

Le site avait indiqué fin février que ses demandes d’abonnement avaient explosé suite aux premières mesures de confinement.  

Des dizaines de vidéos liées de près ou de loin au coronavirus, avec des acteurs portant des masques, sont apparues sur ces plateformes en quelques jours.   

Le producteur français Marc Dorcel a offert de son côté un accès gratuit à son offre de rattrapage et à ses chaînes de télévision, ainsi que des milliers de jouets sexuels.   

Le site Jacquie et Michel a également offert quelques films gratuits à ses spectateurs pour les « aider » dans leur « télétravail » et leur « #confinement », a-t-il indiqué sur Twitter.  

Des experts appellent pourtant à réduire les usages gourmands en bande passante, comme les plateformes pornos ou les jeux en ligne, pour éviter la saturation en cette période de crise.  

Un syndicat américain de salariés du porno, la Free speech coalition, a par ailleurs appelé dimanche à une suspension des tournages jusqu’à fin mars aux États-Unis et au Canada, pour éviter toute contamination liée au coronavirus.