/finance/stockx
Navigation

Une des pires chutes depuis la crise de 1929

Les marchés se préparent à une longue crise sanitaire

Coup d'oeil sur cet article

La Bourse de New York a encaissé son plus fort recul en une séance depuis 1987 malgré les efforts de la banque centrale américaine pour rassurer les investisseurs affolés par la crise du coronavirus.  

La chute des indices américains s’est accentuée en fin de journée hier et le Dow Jones a clôturé la journée en baisse de 12,9 %. Le S&P 500 a perdu 12 % et le Nasdaq, spécialisé dans les titres technologiques, 12,3 %.  

À la suite de cette séance noire, la troisième plus forte baisse en une journée depuis la crise de 1929, les marchés américains sont de retour à leur niveau de février 2017. Ils ont complètement effacé leurs gains dans les deux chiffres enregistrés en 2019.  

Le rebond boursier observé vendredi a aussi été plus que complètement annulé.  

La séance a bien mal commencé à New York alors qu’une chute à l’ouverture de 7 % du S&P 500 a déclenché une suspension temporaire des transactions. C’était la troisième fois qu’un tel mécanisme était utilisé en six séances.  

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard, chroniqueur à la section Argent au Journal de Montréal et du Journal de Québec :

Ce mécanisme est censé prévenir les chutes trop brutales et donner le temps aux investisseurs de reprendre leurs esprits.  

Les marchés se sont un peu ressaisis par après, mais ont recommencé à piquer du nez en fin de journée alors que la Maison-Blanche tenait une conférence de presse sur les mesures prises pour lutter contre le coronavirus.  

Chute des banques  

Les grandes banques américaines ont été parmi les plus touchées par la débâcle, Citigroup encaissant notamment un recul de près de 20 %. L’action du quincaillier Home Depot, sensible à la bonne santé de l’économie, a aussi reculé de 18,9 %.  

La Banque centrale américaine a annoncé dimanche un train de mesures pour stimuler l’économie américaine. Les taux d’intérêt sont ramenés à 0 % et la Réserve fédérale prévoit le rachat de centaines de milliards de dollars d’obligations.  

La Maison-Blanche a tenu une conférence de presse en fin de journée hier durant laquelle le président Donald Trump a indiqué que la crise de COVID-19 pourrait durer jusqu’au mois d’août ou de septembre.  


► La TSX a perdu 9,9 %, hier. Il s’agit d’un creux de 4 ans pour la Bourse torontoise.  

DES TITRES QUI S’EFFONDRENT   

  • JP MORGAN CHASE : – 14,9 %  
  • CINEPLEX : – 54,2 %  
  • MTY : – 36,2 %  
  • AIR CANADA : – 28 %