/finance/opinion/columnists
Navigation

Où placer son argent quand les Bourses plantent?

Cattive previsioni
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Si vous en avez ras le bol des secousses sismiques de la Bourse, vous pouvez vous rabattre sur les placements ultraconservateurs pour faire fructifier le reste de vos épargnes, tels les certificats de placement garantis (CPG), les obligations d’Épargne Placement Québec et autres produits similaires. 

Je vous le dis tout de suite : ça ne rapportera pas gros, vous n’allez pas vous enrichir.  

Par contre, vous n’allez pas vous appauvrir, comme c’est le cas ces temps-ci avec la Bourse. 

Je vous rappelle le proverbe de Jean de La Fontaine : « Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l’auras ». 

TOUT LE MONDE ÉCHAUDÉ 

Rares sont les épargnants, aujourd’hui, qui n’ont pas été échaudés ces dernières semaines par le krach de la Bourse. 

En raison de la faiblesse des taux d’intérêt, la très (très) grande majorité des épargnants, même les plus conservateurs, détiennent des investissements en Bourse, soit directement avec un portefeuille d’actions ou indirectement avec des fonds communs de placement d’actions et de portefeuilles diversifiés, ou des fonds de travailleurs de la FTQ et de la CSN. 

Les 11 années de marché haussier (de mars 2009 à mars 2020) ont fini par « convaincre » tous les épargnants ou presque que les placements liés à la Bourse s’avéraient non seulement très payants, mais sans grands risques puisqu’ils s’appréciaient depuis si longtemps. 

La réalité ? En l’espace d’à peine trois semaines, nos avoirs en Bourse ont fondu de plus de 25 %. 

LES PLUS MAL PRIS 

Vos représentants financiers vont vous dire de ne pas vous en faire. C’est sur papier que vous êtes moins riche.Patience ! La Bourse va reprendre son ascension à la hausse. 

Historiquement, sur le long terme, c’est vrai. Mais si vous êtes à la retraite et que vous ne bénéficiez pas d’un régime de pension à prestations déterminées (dont la rente n’est pas assujettie aux fluctuations boursières), la patience a aujourd’hui la mèche courte ! 

C’est hautement stressant et inquiétant de voir son portefeuille RÉER ou FERR perdre autant de valeur. 

Les placements sans risques 

Compte tenu de la forte baisse des taux directeurs de la Banque du Canada et de la Réserve fédérale américaine qui a eu pour effet d’abaisser le rendement des placements conservateurs, je miserais sur le court terme, maximum un an. Dans l’espoir qu’après, le rendement re... grimpe. 

Quelles sont les institutions financières les plus généreuses en ce moment pour le terme d’un an ?  

  • Épargne Placement Québec : obligation à taux fixe (1,25 %) 
  • Banque Royale : CPG (1,45 %) 
  • Banque Laurentienne : CPG (1,60 %) 
  • ICICI Bank Canada : CPG (1,80 %) 
  • Home Trust Company : CPG (1,80 %) 
  • Tangerine : CPG (1,50 %)  

Pour sa part, Desjardins, la plus populaire institution bancaire au Québec, offre pour le terme d’un an un rendement de 1,15 %. Et la Banque Nationale, elle, offre à peine 0,90 %. 

Concernant les obligations émises par Québec et les autres provinces sur le marché obligataire, sachez qu’elles rapportent très peu, soit environ 0,50 %. Avec les obligations municipales, on peut aller chercher autour de 0,90 %. 

Avec le fédéral ? Des « pinottes », à peine 0,30 %.