/misc
Navigation

Redonner

Coup d'oeil sur cet article

Hier, François Legault s’est directement adressé aux jeunes en leur implorant de respecter les consignes d’isolement et de distanciation sociale. Plus de rassemblements, plus de sorties inutiles, plus de partys. Bref, restez chez vous...  

Il visait ces jeunes que nous avons vus un peu partout sur les réseaux sociaux et qui prenaient à la légère les consignes dictées par l’État. Ils étaient plusieurs réunis dans des sous-sols, dans des bars, dans des restaurants ou dans des lieux publics à faire fi des règles mises en place.  

Comme si leur propre chance statistique leur permettait de concevoir le virus comme une anomalie saisonnière amusante.  

Je pourrais vous raconter en quelques paragraphes pourquoi il est si important d’être responsable et prudent, mais bien honnêtement, la démonstration statistique a déjà été faite. Les jeunes de moins de 40 ans ont environ 0,2% de décéder du virus, tandis que ce taux grimpe à 8% chez les 70 ans et plus et de 15% chez ceux âgés de 80 ans.  

Et donc, il faut aplanir la courbe pour limiter une congestion dans le système de santé et ne pas se retrouver dans la situation horrible que vivent les médecins italiens présentement, choisir quels patients ils traiteront, et ceux qu’ils ne traiteront pas.  

Pour ce faire, tous les Québécois, sans exception, devront être disciplinés et solidaires. C’est surtout le cas des plus jeunes, qui seraient les principaux agents de propagation du virus.  

S’oublier, le temps d’un instant  

Vous savez, à peu près toutes les générations ont dû au cours de leur histoire affronter des épreuves et des obstacles qui menaçaient leur collectivité.   

On l’oublie souvent, on a l’impression que cela appartient aux livres d’histoires, mais il n’y a pas si longtemps, nos grands-parents et nos arrières grands-parents ont été envoyés par milliers sur les champs de bataille européens pour défendre nos idéaux face à la menace du nazisme.   

Des jeunes, comme vous, comme moi, étaient envoyés au front pour défendre leur patrie, et plus largement un idéal démocratique. Ils ont parfois fait le sacrifice de leur propre vie pour que nous, prochaines générations, soyons capables de vivre une vie libre, décente et heureuse.   

C’est difficile de mesurer le sacrifice auquel ils ont consenti pour que se poursuivre la marche de l’humanité.   

Entendons-nous bien : les efforts de confinement ne sont nullement comparables à ce que nos prédécesseurs ont dû déployer pour nous. Disons qu’on peut difficilement opposer une tranchée à la possibilité de s’éteindre tranquillement devant une série Netflix.  

Mais alors que nous vivons une crise sanitaire inédite, il devrait nous apparaître évident que c’est notre tour, prochaines générations, de sacrifier un peu de notre confort pour améliorer le bien commun.   

C’est aussi ça l’équité intergénérationnelle : redonner à ceux qui nous ont transmis depuis tant d’années.  

C’est le temps plus que jamais, à ce moment le plus tangible, le plus efficace, le plus visible de basculer nos vies centrées sur notre propre individualité au profit de l'entraide, de la bienveillance et de l'altruisme. Bref, aider la collectivité dans son ensemble.  

Une collectivité composée d’individus parfois plus jeunes, parfois plus vieux et parfois plus vulnérables qui se tiennent les coudes et qui sont solidaires devant la montagne qu’ils auront à franchir ensemble.  

Faire preuve de discipline et être responsable constituent la chose la plus élémentaire à accomplir pour être minimalement reconnaissant devant ceux qui nous ont permis de vivre une vie dans le confort, dans la joie de vivre et dans la paix. Quelque chose que l’humanité n’avait jamais connu avant nous.   

Il s’agit, au fond, de s’oublier un petit instant pour s’assurer que nos plus vieux et nos plus vulnérables puissent passer au travers de cet étrange printemps.  

Faites-le pour vous, faites-le pour eux, faites-le pour nous.