/investigations
Navigation

28 jours MINIMUM pour recevoir un chèque d’assurance-emploi

Ottawa est complètement dépassé par la situation exceptionnelle actuelle

Coup d'oeil sur cet article

L’assurance-emploi a de la difficulté à faire face à l’afflux des milliers de personnes qui se trouvent brusquement au chômage en raison de la crise de la COVID-19.  

• À lire aussi: De l’aide «très, très vite», promet Ottawa  

• À lire aussi: Ottawa débloque 82 milliards $  

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie COVID-19  

Les personnes qui arrivent à déposer leur demande, malgré les problèmes administratifs, ne doivent pas s’attendre à obtenir un premier chèque rapidement. Le délai sera d’au moins 28 jours, sinon beaucoup plus.     

« Il y a des crises dans les bureaux lorsque les gens apprennent qu’ils n’auront pas leur chèque [rapidement] », explique une employée de l’assurance-emploi de la région de Montréal, qui a requis l’anonymat.     

  • Écoutez l'entrevue du porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses à QUB Radio:

Au cours des derniers jours, de longues files se sont formées devant certains bureaux de Service Canada lors de l’ouverture des portes. 

Le bureau d’assurance-emploi du Complexe Guy-Favreau, à Montréal, était plus qu’occupé, mercredi.
Photo Jules Richer
Le bureau d’assurance-emploi du Complexe Guy-Favreau, à Montréal, était plus qu’occupé, mercredi.

On recommande aux demandeurs de prestations de faire plutôt les démarches par internet, mais certaines personnes peu familières avec les ordinateurs ont préféré se présenter en personne.     

Une partie des tensions dans les bureaux est venue de la confusion au sujet de l’abolition de la période de carence d’une semaine annoncée par Ottawa. En temps normal, la première semaine de chômage est soustraite des prestations.     

D’après cette employée de l’assurance-emploi, plusieurs croyaient que cette mesure s’appliquait aux personnes mises en chômage à cause de la COVID-19, alors qu’elle est destinée à ceux et celles qui sont placés en isolement préventif.     

Le bordel  

« C’est un immense bordel à l’intérieur de la machine », lance Pierre Céré, du Conseil national des chômeurs et chômeuses.     

Il estime que les responsables de l’assurance-emploi sont dépassés par la situation.     

Lignes téléphoniques débordées, services en ligne peu fiables, directives contradictoires pour les employés, aucun ajout de nouveau personnel, l’assurance-emploi n’est pas outillée pour faire face à l’accroissement important des demandeurs.     

En temps normal, les délais d’obtention des premières prestations sont de 28 jours. Cependant, M. Céré doute que ce temps d’attente soit respecté. À son avis, il devrait être largement dépassé dans la plupart cas, d’autant plus que des retards avaient déjà été accumulés dans les derniers mois à cause de lenteurs administratives.     

Patience...  

Gisèle Lafrance faisait patiemment la file, mercredi, aux bureaux de Verdun, deux jours après avoir été mise à pied par une entreprise de traiteur.
Photo Jules Richer
Gisèle Lafrance faisait patiemment la file, mercredi, aux bureaux de Verdun, deux jours après avoir été mise à pied par une entreprise de traiteur.

Gisèle Lafrance, qui sortait des locaux de Service Canada à Verdun, prenait son mal en patience.     

Âgée de 60 ans, Mme Lafrance travaille à la préparation des plats chez un traiteur. Elle a été mise à pied lundi, après que les commandes eurent diminué de façon marquée.     

Elle dit disposer d’un « petit coussin » en attendant d’obtenir ses premières prestations d’assurance-emploi. En réalité, elle a précisé qu’il s’agit d’économies accumulées dans un CELI en vue de sa retraite.     

Edmond Krasniqi, lui, est professeur suppléant à l’école Honoré-Mercier de Ville-Émard. Il a été mis à pied à cause de la fermeture des classes.     

Il était accompagné mercredi de son père Avdyl, nouvellement à la retraite.     

M. Krasniqi, qui est âgé de 24 ans, estime qu’il peut tenir environ deux ou trois mois sans revenus, parce qu’il a accumulé un peu d’argent et qu’il aura de l’aide de son père. Mais après...   

À VOIR AUSSI