/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: un prof d'histoire de Québec fait fureur avec son assainisseur à mains

Le Bio-Odeur à la rescousse

COVID-19: un prof d'histoire de Québec fait fureur avec son assainisseur à mains
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Pour contrer la pénurie de Purell, un professeur d’histoire de la commission scolaire de la Capitale fait fureur avec un assainisseur à mains conçu à l’origine pour les joueurs de hockey.  

• À lire aussi: «Envoye à maison!»: François Legault demande aux personnes âgées d’éviter les centres d’achats  

• À lire aussi: 1re victime québécoise du coronavirus: sa famille implore les Québécois de s’isoler  

Ne cherchez plus de Purell sur les tablettes des pharmacies. En revanche, de plus en plus de détaillants proposent le Bio-Odeur comme une alternative au gel antiseptique.   

Le Bio-Odeur, fabriqué au Québec par la compagnie Produits Bio-Expert, compte comme ingrédients du chlorure de benzalkonium qui est utilisé comme antiseptique et désinfectant.   

Derrière cette petite entreprise de Québec se trouve un professeur d’histoire à l’école L’Odyssée, Jean-Philippe Payer, qui vend ce produit à des magasins de sport depuis trois ans. Il sert à enlever la mauvaise odeur des équipements, mais aussi à nettoyer et à désinfecter les mains.   

«C’est parti comme ça!» a lancé M. Payer, qui est président de l’entreprise.   

Depuis que ce produit a fait son entrée chez des détaillants comme Jean-Coutu, M. Payer est littéralement débordé.    

En pleine crise du coronavirus, il a obtenu un rendez-vous à sa succursale Desjardins pour obtenir un prêt afin de soutenir sa croissance.    

Pour être plus productif, il a confié le remplissage des bouteilles à l’entreprise d’économie sociale Groupe Aptas en Beauce. La solution est fabriquée par un sous-traitant de la région de Montréal qui assure être en mesure de répondre aux besoins de l’entreprise.   

«On s’enligne pour fabriquer 4000 bouteilles par jour dès la semaine prochaine. Les commandes fusent de partout. C’est un produit qui est homologué par Santé Canada», a ajouté M. Payer.   

Ce dernier n’était pas préparé à l’engouement suscité par son produit Bio-Odeur.   

«Je suis enseignant depuis 29 ans. J’enseigne l’histoire. Pour moi, c’était comme un sideline, mais là, on est débordé. Vous n’avez aucune idée. Je traite de quinze à vingt commandes par jour», dit-il.   

Ce qui limite M. Payer pour le moment, c’est la disponibilité des bouteilles en plastique. S’il pouvait s’approvisionner auprès d’un fabricant québécois, il pourrait augmenter encore davantage sa production.   

«La chose qui est le plus difficile, c’est de trouver des petites bouteilles», a dit l’enseignant qui s’est fait approcher par Costco qui demande 120 000 bouteilles par semaine.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.