/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Les employés de la STM veulent le service de garde

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Sans télétravail possible pour plusieurs de ses membres, le Syndicat du transport de Montréal (STM-CSN) demande au premier ministre, François Legault, d'être reconnu comme un service essentiel.  

• À lire aussi: Pour contrer les impacts de la COVID-19: «Achetez chez nous», dit François Legault  

• À lire aussi: COVID-19: 121 cas au Québec, François Legault demande d'éviter les déplacements interrégionaux  

«M. Legault fait un excellent travail dans les circonstances, si on le compare à son homologue du fédéral. Mais, il a échappé un bout», a lancé jeudi Gleason Frenette, président du syndicat qui représente plus de 2400 employés d’entretien de la Société de transport de Montréal (STM).  

Dans un contexte de pandémie aux quatre coins de la planète, des garderies et des services de garde ont récemment été ouverts afin de permettre aux travailleurs des services essentiels de souffler un peu.  

La liste des emplois jugés essentiels a d’ailleurs été allongée mardi, mais elle n’inclut pas les employés de la STM que le Syndicat du transport de Montréal représente.  

«En temps normal, on fait toujours partie des services essentiels. Là, c’est deux poids, deux mesures. Ça commence à être compliqué. C’est nous qui transportons les anges gardiens de la santé. On veut donner du service! Mais, il faut qu’on reconnaisse qu’on est essentiels! On n’a pas encore un gros taux d’absentéisme, mais il commence à y avoir des refus de travail», a-t-il poursuivi.  

Un nettoyage «chaotique»  

La COVID-19 a récemment forcé la STM à revoir sa routine de nettoyage afin de limiter les risques de contagion.  

Depuis plusieurs jours, les surfaces les plus utilisées dans les autobus et les voitures de métro sont nettoyées quotidiennement.  

Cependant, selon le syndicat, l'absence de procédures appropriées rend la tâche complexe pour les employés.  

«On a des produits expirés à certains endroits. On n’a pas les mêmes produits partout. On n’a pas de procédures uniformes à la grandeur de la STM. On est prêts à déroger de la convention collective pour prendre du personnel d’autres sections qui pourrait être attitré à des escouades de nettoyage. En ce moment, c’est chaotique», a dit M. Frenette.  

Le Syndicat du transport de Montréal somme la STM de fournir aux employés affectés au nettoyage et à la désinfection des transports collectifs des équipements de protection; des gants, des visières et des combinaisons.  

«On a vu des nettoyages ailleurs dans le monde et c’est vraiment loin de ce qu’on fait en ce moment, à des années-lumière de ce qu’on fait en ce moment», a-t-il conclu.  

La STM réplique  

Si les propos de M. Frenette ont de quoi faire réagir, la STM juge avoir fait le nécessaire pour améliorer ses pratiques de nettoyage.  

«Il y a une procédure qui a été envoyée à tous les surintendants de tous les centres de transport pour la recette du liquide qui sert au nettoyage», a précisé Alain Legault, directeur des communications de la STM.  

«L’affirmation du syndicat est un peu bizarre», a-t-il ajouté.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.