/finance/business
Navigation

Plus de 200 mises à pied à l’aéroport Montréal-Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 200 travailleurs ont été mis à pied à l’aéroport Montréal-Trudeau au cours des dernières heures et ce n’est que la première vague d’annonces.

« Vu qu’il y a moins de vols, les trois quarts du monde ont été mis à pied » parmi les quelque 300 salariés syndiqués de Swissport Canada, qui assure notamment le ravitaillement des avions, indique au Journal Michel Richer, représentant de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA). « On pense que ce n’est que le début », ajoute-t-il.

Le syndicat s’attend à ce que plus de la moitié des bagagistes, agents de piste, mécaniciens, magasiniers et préposés d’escale d’Air Canada et de Transat soient mis à pied prochainement, conséquence de la quasi-interruption--- des vols. À travers le pays, l’AIMTA représente quelque 10 000 travailleurs d’Air Canada, dont 2400 à Montréal, et environ 400 de Transat.

Agents de bord et pilotes

Des milliers d’agents de bord, de pilotes et d’agents dans les aérogares seront également mis à pied. Seulement chez Transat, on compte 1938 agents de bord et 682 pilotes.

L’AIMTA compte par ailleurs 125 membres chez Airport Terminal Services (ATS), un sous-traitant de Montréal-Trudeau qui vient lui aussi d’annoncer des mises à pied.

« On est en train de trouver des solutions pour atténuer les mises à pied, affirme M. Richer. On travaille fort là-dessus. On va essayer d’avoir le meilleur pour nos membres. »

Chez AJW Technique, une entreprise de maintenance de composants aéronautiques de Montréal, le travail se poursuit normalement pour l’instant. Dans l’éventualité d’une réduction des activités, l’employeur et le syndicat se sont entendus pour adopter un horaire de travail allégé à deux ou trois jours par semaine avec, en complément, des prestations gouvernementales.