/finance/stockx
Navigation

Les Bourses se reprennent, aidées par la BCE et une annonce médicale de Trump

Les Bourses se reprennent, aidées par la BCE et une annonce médicale de Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les marchés actions ont rebondi jeudi après la promesse d’un plan d’urgence de 750 milliards d’euros par la BCE ainsi qu’une annonce de Donald Trump concernant le recours à un traitement antipaludéen contre le Covid-19. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie COVID-19  

• À lire aussi: L’Italie alerte le reste du monde sur ce qui l’attend  

 Cela a suffi pour rassurer l’Europe, avec des clôtures en territoire positif à Paris (+2,68%), Francfort (+2,00%) et Londres (+1,40%).  

La Bourse de New York s’est également redressée après une séance en dents de scie, grâce notamment à la bonne forme des valeurs des secteurs technologique et pétrolier: le Dow Jones a pris 0,95%, le Nasdaq a gagné 2,30% et le S&P 500 est monté de 0,47%. 

Les principales Bourses asiatiques avaient, quant à elles, terminé pour la plupart en repli. 

À Wall Street et en Europe, «les marchés remontent, car Donald Trump a annoncé que les États-Unis ont approuvé le recours à la chloroquine» pour traiter le coronavirus, a expliqué à l’AFP Daniel Larrouturou, analyste chez Dôm Finance. 

«Nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible quasiment immédiatement», a assuré le président américain, estimant que cela pourrait «changer la donne» face à la pandémie, a-t-il dit au cours d’une conférence de presse. 

Les autorités monétaires et budgétaires annoncent au fil de l’eau des mesures de très grande ampleur, mais celles-ci ont du mal à soutenir durablement les marchés. 

Mercredi, la BCE a sorti la grosse artillerie avec un plan d’«urgence» de 750 milliards d’euros de rachats de dettes publiques et privées, pour tenter de contenir les répercussions sur l’économie de la pandémie de coronavirus. 

Cela s’ajoute à une première enveloppe de 120 milliards d’euros déjà débloquée et au programme habituel de rachats d’actifs de 20 milliards d’euros mené par l’institution depuis novembre. 

«Non seulement les mesures prises permettront d’éviter beaucoup de faillites à court terme, mais elles devraient aussi accélérer la reprise quand l’économie sortira du confinement», estime M. Melman, directeur de l’investissement d’Edmond de Rothschild Asset Management. 

Détente des taux

Pour le reste, «les conséquences de l’injection de liquidités de la Banque centrale européenne ont eu un effet significatif sur les taux souverains et soulagé un peu le marché», ajoute M. Larrouturou. 

C’est pour l’Italie que la baisse des taux à 10 ans a été la plus prononcée (1,79% contre 2,36% mercredi), tandis que le Bund allemand a atteint -0,20%. 

On «constate un resserrement assez marqué» des écarts de taux entre l’Allemagne, dont le rendement se stabilise, et les autres pays de la zone euro, en particulier l’Italie, qui voyait son taux nettement baisser ce jeudi, et de la France dans une moindre mesure, souligne aussi Julien Rolland, gérant obligataire spécialiste des taux souverains chez Aviva Investors. 

«Ce sont les pays de la périphérie (les pays les plus fragiles de la zone euro, NDLR) qui profiteront le plus de ces achats de la BCE dans les prochaines semaines, ce qui explique la réaction» sur les taux, estime-t-il. 

Mais «à part sur la dette souveraine italienne, où l’aspect BCE a joué, force est de constater que nous avons des marchés européens qui répercutent simplement les inquiétudes américaines», en particulier celles autour du marché de la dette privée, qui est sous tension aux États-Unis, relève de son côté auprès de l’AFP Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. 

Tout en guettant l’efficacité des mesures prises, «le marché restera guidé par l’évolution du virus, du nombre de cas et par tout signe positif d’un retournement de la courbe des infections et des décès», souligne Antoine Lesné, responsable de la recherche et de la stratégie de SPDR. 

Côté pétrole, les cours ont compensé presque toutes leurs pertes de mercredi, où ils avaient connu une des pires journées de leur histoire.  

Le baril de WTI pour livraison en avril a terminé à 25,22 dollars, en hausse de 4,85 dollars par rapport à la clôture de la veille. Le baril de Brent de la mer du nord pour livraison en mai a lui gagné 3,59 dollars à Londres, à 28,47 dollars. 

L’euro continuait en revanche à s’enfoncer inexorablement face au billet vert, à 1,0695 dollar, un niveau plus vu depuis avril 2017.