/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

500 000 travailleurs crient à l’aide

Le nombre de demandeurs d’assurance-emploi a battu tous les records depuis une semaine

Coronavirus - Covid-19
Photo Jules Richer Il y avait encore des files d’attente aux bureaux de Service Canada vendredi. Les citoyens faisaient preuve de civisme en laissant un bon espace entre eux. Des fonctionnaires portant des gants de protection les accueillaient, comme ici, rue Beaumont, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

C’est du jamais-vu dans l’histoire canadienne. Un demi-million de travailleurs ont déposé une demande d’assurance-emploi au cours de la dernière semaine, soit presque 20 fois plus que d’habitude.

Ce chiffre révèle l’ampleur de la crise de la COVID-19 et montre à quel point le gouvernement fédéral est submergé de demandes. Le premier ministre Justin Trudeau a qualifié la situation d’« historique », vendredi, pendant un point de presse.

À titre de comparaison, pendant la même semaine l’année dernière, Ottawa avait obtenu environ 27 000 demandes.

« Il s’agit, bien sûr, d’une situation sans précédent qui met beaucoup de pression sur notre système », a reconnu M. Trudeau.

Le premier ministre a affirmé que des efforts majeurs avaient été entrepris pour traiter cet afflux de demandes et que des « milliers de fonctionnaires » étaient mobilisés.

Il y a urgence

L’opposition à Ottawa a rappelé l’urgence d’agir. « Déjà, avant la crise, il y a avait des délais dans les demandes [d’assurance-emploi] », souligne en entrevue la députée du Bloc québécois, Louise Chabot, porte-parole en matière d’emploi.

Selon elle, Ottawa devrait disposer de ressources pour traiter le surcroît. Mais il faudra qu’on passe rapidement « à la troisième vitesse », dit-elle, pour éviter les retards importants dans l’émission des prestations d’assurance-emploi.

Pierre Céré, du Conseil national des chômeurs et chômeuses, craint pour l’avenir.

 Il estime que la structure actuelle de fonctionnement de l’assurance-emploi n’est pas en mesure de faire face à la situation.

Pas nouveau ces délais

Comme Mme Chabot, il note que des retards étaient déjà enregistrés dans l’émission des paiements depuis plusieurs mois, même si le taux de chômage était très bas au pays, en particulier au Québec.

Actuellement, une désorganisation majeure est déjà visible puisque les lignes téléphoniques et les accès internet étaient souvent peu accessibles cette semaine. 

« C’est le chaos », dit-il.

Pour M. Céré, il manque carrément « d’humains dans la machine » pour traiter toutes les demandes qui comportent inévitablement des erreurs ou des omissions.

Il croit que le fédéral devrait suivre l’exemple de Québec et rappeler de toute urgence des fonctionnaires à la retraite.

Toujours plusieurs files d’attente

L’affluence était toujours aussi importante aux bureaux de Service Canada, vendredi, où les gens se pressaient pour obtenir des renseignements à propos de leur demande d’assurance-emploi.

 Des files se sont formées à l’extérieur de plusieurs bureaux de la région de Montréal dès le début de la journée.

Pour réduire les risques de contamination et filtrer les demandes, des fonctionnaires qui portaient des gants de protection avaient été postés aux entrées.

On suggérait à tous l’inscription par internet avec l’ordinateur de la maison.

Au moins un bureau de Service Canada dans la région de Montréal, à Verdun, avait fermé ses portes, vendredi. Aucune explication n’était donnée, sauf d’utiliser les services en ligne.

Plusieurs personnes étaient désemparées à la vue des portes closes. C’est le cas de cet homme, qui a n’a pas voulu être identifié, à qui on avait demandé de venir remettre un formulaire en personne. L’homme dans la soixantaine se demandait comment il allait y arriver par internet, comme suggérait l’affiche
à l’entrée.

L’émission des passeports est suspendue

Danielle Laferrière
Photo Jules Richer
Danielle Laferrière

Comme les frontières sont fermées, l’émission des passeports canadiens l’est aussi. Impossible donc de récupérer un passeport en personne, même si on avait fait une demande expresse quelques jours auparavant.

C’est ce qui est arrivé à Danielle Laferrière, vendredi, lorsqu’elle s’est présentée au Complexe Guy-Favreau, à Montréal.

La femme de Montréal espérait encore se rendre à Cuba, où la mère malade de son beau-frère cubain a besoin d’appui et de soins.

À force de discuter avec les fonctionnaires au téléphone, grâce au numéro qui était affiché sur place, elle a fini par comprendre qu’elle devait oublier son projet. 

Par contre, elle était frustrée de ne pas pouvoir obtenir son passeport puisqu’elle avait payé pour un service express. « Ils ne savent pas quand ils vont ouvrir de nouveau », a-t-elle constaté.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.