/travel/destinations
Navigation

Coronavirus et voyage: 5 fausses bonnes idées auxquelles vous avez (peut-être) pensé

Coup d'oeil sur cet article

On a beau prendre la menace de la pandémie de coronavirus très au sérieux et vouloir aplanir cette satanée courbe au plus vite, on est tous un peu stressés à l’idée de passer des semaines enfermés à la maison.  

On aimerait bien arriver à trouver des façons de sortir de chez soi tout en respectant les règles de distanciation sociale. Malheureusement, ce n’est pas si simple.                  

Si vous êtes en train de vous magasiner un Airbnb pour le week-end ou que vous songez à partir en road trip, lisez ce que suit... et retournez dans votre salon!                  

5 fausses bonnes idées en lien avec les voyages en ce 20 mars:   

1. Partir en road trip en région   

Vous avez pensé faire vos bagages et aller faire un p’tit tour dans Charlevoix ou en Gaspésie? Ce n’est pas une bonne idée, même si vous jurez de respecter les règles de distanciation sociale et que vous n’êtes pas en quarantaine post-voyage.              

Le premier ministre François Legault l’a spécifié ce jeudi, en point de presse. «Pour l’instant, on n’a pas besoin de fermer des régions. Mais c’est important, pour éviter de propager le virus d’une région à l’autre, de ne pas voyager, à moins que ce soit essentiel, d’une région à l’autre.»                   

Mise à jour - 28 mars : le gouvernement du Québec a fermé l'accès à 8 régions du Québec.

  

  

2. Louer un chalet dans le fond des bois   

Vous avez vu de beaux chalets et Airbnb à prix réduit? Nous aussi. Mais il faut techniquement appliquer ici le même principe que pour le road trip: éviter de voyager d’une région à l’autre et de risquer de contribuer à la propagation du virus.               

Si vous devez malgré tout vous isoler dans un hébergement loué, rappelez-vous que les rassemblements sont déconseillés et que l’hygiène est difficile à contrôler dans un lieu qui passe de main en main.                

Mise à jour - 28 mars : le gouvernement du Québec interdit la location de chalet partout dans la province, sauf ceux accueillant les snowbirds

  

  

3. Se «garrocher» dans les parcs nationaux   

Les services dans les parcs nationaux du Québec sont interrompus jusqu’à nouvel ordre. L'accès aux parcs de la Sépaq était encore autorisé en autonomie au cours des derniers jours, mais il vient d'être interdit.   

«Pour des raisons de sécurité et afin d’éviter les rassemblements publics, nous devons fermer l’accès aux parcs nationaux, aux réserves fauniques et aux établissements touristiques de la Sépaq», a indiqué la société dans un communiqué diffusé ce vendredi. «Vous ne pourrez donc plus y accéder à compter du 21 mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre.»   

Pour ce qui est des autres types de parcs (fédéraux, régionaux, etc.), on en revient une fois de plus aux directives du gouvernement, qui demande de ne pas de se promener d’une région à l’autre, d’éviter les rassemblements et de limiter nos sorties aux activités essentielles.        

Mise à jour - 24 mars : Parcs Canada resserre ses mesures et interdit l'accès aux véhicules sur ses territoires.

>>> Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques en lien avec les activités de plein air en ces temps particuliers, consultez le guide complet d’Espaces.ca.   

  

  

4. Téléphoner pour annuler immédiatement un vol non imminent   

Bien sûr, il faut annuler ou reporter nos voyages à venir. Mais, en ce moment, les services à la clientèle des compagnies aériennes sont dé-bor-dés. La priorité est de rapatrier les gens actuellement à l’étranger, qui ont bien besoin d’assistance. Flytrippers – qui se spécialise dans la recherche de vols à très bas prix, mais qui a suspendu son service –, a lancé un cri du cœur sur Facebook et publié diverses réflexions à ce sujet.              

Attendez un peu, si possible, avant de prendre le téléphone. Consultez plutôt les sites web des lignes aériennes. Transat, par exemple, invite les voyageurs à remplir un formulaire en ligne pour faire leur demande. Même chose chez Air Canada, qui suggère de faire les démarches sur le web «pour un résultat plus rapide».                  

Quant aux agences, sites de réservations, compagnies d’assurances et autres, l’attente est également longue pour parler au personnel. En attendant d'obtenir un suivi, vous pouvez vous informer sur vos droits et recours grâce à ce petit résumé. Si vous avez réservé un voyage avec un agent de voyage, lisez également ceci.                 

  

  

5. Chercher des aubaines pour l'hiver prochain   

Il peut être tentant de réserver un voyage pour l’hiver prochain, en se disant que la crise sera passée d’ici là. Attention, toutefois, car il plane beaucoup d’incertitude.               

En supposant que tout va mieux, rien ne garantit que vous serez couvert par une assurance voyage santé pour la COVID-19, comme le souligne l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personne au Québec dans cet article. Ce n’est pas non plus 100% certain – sans vouloir être alarmiste – que la ligne aérienne avec laquelle vous allez réserver existera toujours, comme l'a souligné Jacob Charbonneau, pdg de Volenretard.ca, dans une entrevue à Salut Bonjour au sujet des recours des consommateurs.                  

  

  

En gros, on reste à la maison!             

Pour en savoir plus sur les mesures à prendre actuellement, consultez le site du gouvernement du Québec.