/world/africa
Navigation

COVID-19: rues désertes dans un Maroc en « état d’urgence sanitaire »

COVID-19: rues désertes dans un Maroc en « état d’urgence sanitaire »
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Maroc est entré vendredi soir en « état d’urgence sanitaire », avec un déploiement important des forces de l’ordre, pour obliger la population à se confiner chez elle et limiter la propagation du nouveau coronavirus, a constaté l’AFP. 

• À lire aussi: COVID-19: Des inquiétudes pour les infirmières

• À lire aussi: COVID-19 : pourquoi le bilan est-il si lourd en Italie?

• À lire aussi: COVID-19: maintenant 301 cas confirmés en Ontario

Après une série de mesures préventives, dont un confinement partiel depuis mardi, la décision de passer à la vitesse supérieure a été annoncée jeudi soir tard pour une entrée en vigueur vendredi à 17H00 GMT, avant le week-end. 

À l’heure dite, des patrouilles de police et de gendarmerie, en voiture ou à pied, ont commencé à contrôler les rares passants dans les rues désertes, pour vérifier les documents de dérogations (travail, santé, etc.), selon les journalistes de l’AFP sur place.  

Le Maroc reste encore relativement épargné par le virus, mais le nombre de cas déclarés est passé de 8 à 77 en une semaine, avec trois décès et deux rémissions, selon le dernier bilan officiel.  

Des fonds d’urgence ont été débloqués pour muscler les structures hospitalières du pays qui compte deux centres de dépistages et 1642 lits en réanimation (public et privé) pour 35 millions d’habitants.  

Les nouvelles restrictions ont suscité une vague d’inquiétude dans les groupes de discussions en ligne des touristes étrangers encore bloqués au Maroc, tous ne parvenant pas à trouver des vols. Il sera cependant possible de rejoindre les aéroports en présentant un document justifiant son séjour touristique, a précisé sur Twitter l’ambassade de France au Maroc.  

Vendredi matin, l’aéroport de Casablanca (ouest) était encore bondé de passagers en attente, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux. 

Il n’a pas été possible d’obtenir de chiffres auprès des autorités marocaines. Le pays a accueilli près de 13 millions de touristes l’an dernier. 

La France a fait partir près de 140 vols spéciaux depuis vendredi dernier pour ramener 24 000 personnes, dont environ les deux tiers sont français, selon une source diplomatique à Rabat. 

En trois jours, la Grande Bretagne a pour sa part « affrété 41 vols et fait partir 7801 passagers », a affirmé sur Twitter l’ambassadeur britannique au Maroc, Thomas Reilly.  

Le département d’État américain a organisé vendredi un vol spécial depuis Marrakech (sud) pour ses ressortissants bloqués au Maroc, en avertissant que le prix des billets --à 1485 dollars--, seront à leur charge, selon le compte Twitter de l’ambassade américaine au Maroc.