/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: François Legault ne vise un retour en classe qu'au début mai

La création de capsules pédagogiques télévisées est envisagée par le gouvernement Legault

Coup d'oeil sur cet article

François Legault ne vise un retour en classe qu’au début du mois de mai pour les élèves du primaire et du secondaire, en raison de la pandémie de coronavirus. La création de capsules pédagogiques télévisées est envisagée pour les élèves en congé forcé.

• À lire aussi: 139 cas de la COVID-19 au Québec; Il faut protéger les travailleurs de la construction, dit François Legault  

• À lire aussi: COVID-19: Loto-Québec s’apprête à suspendre ses ventes en magasin  

Alors qu’il y a 139 cas confirmés de COVID-19 au Québec, le premier ministre n’est pas pressé de retourner les enfants sur les bancs d’école, même s’il juge la situation sous contrôle actuellement.

La réouverture des établissements scolaires le 30 mars, comme c’était initialement prévu, « est peu probable ».

« On est en train de regarder si on peut essayer de viser le début du mois de mai, mais ce sont différents scénarios qui sont examinés », a affirmé François Legault, vendredi, durant la conférence de presse quotidienne sur l’état de propagation du virus.

Photo Jean-François Desgagnés

Il estime que la situation est différente pour les cégeps et les universités, où les cours à distance permettraient de compléter l’année scolaire comme prévu d’ici l’été.

Un outil beaucoup plus difficile à utiliser aux niveaux primaire et secondaire. 

ÉCOUTEZ l'entrevue de Vincent Dessureault, sur QUB radio:  

« D’enseigner en ligne à des enfants plus jeunes, ça semble très difficile, je pense entre autres à tous les enfants qui ont des difficultés, donc, on regarde différents scénarios », a insisté le premier ministre.

Il promet des indications plus claires dans les prochains jours.

Photo Jean-François Desgagnés

Apprentissage en ligne

Une des options envisagées est de diffuser des capsules pédagogiques télévisées, qui pourraient aussi être disponibles en ligne, affirme Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement. 

La France a notamment privilégié cette option.

La FQDE a eu des discussions avec le gouvernement à ce sujet, qui juge l’idée « fort intéressante », selon nos informations. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Diffusé à des heures précises selon l’âge, ce contenu télévisuel serait facilement accessible et permettrait d’instaurer une routine quotidienne dans les familles, fait valoir M. Prévost.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a d’ailleurs réuni vendredi les acteurs du réseau pour recueillir leurs commentaires sur les mesures à mettre en place. 

Aucun scénario concret n’a toutefois été soumis, indique-t-on. 

Plusieurs questions demeurent, concernant notamment la diplomation au secondaire.

Mesures uniformes

Un consensus semble toutefois se dégager en faveur de mesures uniformes pour tous les élèves, plutôt que de favoriser les initiatives locales, pour des raisons d’équité, affirme M. Prévost. 

« On veut des consignes claires pour ne pas se ramasser avec un système public à plusieurs vitesses », ajoute de son côté Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ), qui n’a « jamais cru » à un retour en classe à la fin mars.

Les solutions envisagées pour l’instant visent davantage la consolidation des apprentissages que l’enseignement de nouvelles matières, précise-t-on.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.