/investigations
Navigation

De nombreux Québécois coincés à Acapulco: «Venez nous chercher!»

Environ 1000 d’entre eux demandent l’aide du gouvernement de Justin Trudeau pour revenir au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Un millier de Québécois coincés à Acapulco, au Mexique, implorent le gouvernement fédéral de les rapatrier au Canada.  

La pandémie de la COVID-19 a déclenché une course contre la montre pour les Québécois qui passent l’hiver au camping Diamante dans l’État mexicain de Guerrero.  

« Trudeau ! Viens nous chercher ! » lance un homme à bout de nerfs. 

Une cinquantaine de résidents du camping Diamante, au Mexique, se sont réunis pour lancer un appel à l’aide. Plusieurs craignent de manquer de médicaments.
Capture d'écran, TVA Nouvelles
Une cinquantaine de résidents du camping Diamante, au Mexique, se sont réunis pour lancer un appel à l’aide. Plusieurs craignent de manquer de médicaments.

Plusieurs de ces citoyens canadiens ont entre 70 et 100 ans. Ils ont besoin de médicaments, selon leur porte-parole, Line St-Aubin. 

« Tous nos vols ont été annulés, j’ai reçu un email, à 18 h, qui disait que mon vol du 24 mars était annulé et il n’y avait rien d’autre », affirme la dame.  

Besoin d’aide 

Ces vacanciers font partie des 10 000 Canadiens à l’étranger qui ont besoin d’aide. Tous leurs billets de retour, que ce soit avec Aeromexico, Interjet, Air Transat, ont été annulés. 

« J’ai appelé deux fois S.O.S. International, a poursuivi la snowbird. Ils ne m’ont pas répondu et quand ils me répondaient, ils me flushaient la ligne. »  

« On est plus de mille personnes, mille Québécois, et ce n’est pas des jeunes. La moyenne d’âge est de 65 ans. Ce sont des gens qui ont besoin de retourner à la maison. Ils vont manquer de médicaments. Ils ont des rendez-vous très importants chez les médecins. On n’a plus d’assurance à partir des dates auxquelles on devait retourner à la maison. C’est ridicule », poursuit Mme St-Aubin. 

Trudeau en pourparlers  

Les Canadiens qui sont présentement à l’étranger ont reçu un message qui les informait des démarches à prendre en cas de détresse ou pour obtenir de l’aide de la part d’Ottawa.  

Près de 14 000 courriels ont été envoyés à Affaires mondiales Canada.  

« On est en train de faire un tri », a dit le premier ministre Justin Trudeau.  

« J’ai parlé aux dirigeants d’Air Canada et de WestJet. On a souligné qu’on va travailler ensemble pour essayer de rapatrier d’urgence le plus grand nombre de Canadiens possible », a-t-il ajouté. 

« Trudeau nous a demandé de rentrer à la maison. Qu’il vienne nous chercher », rétorque Line St-Aubin. 

Ces Québécois en exil forcé veulent rentrer au Québec, car ils s’y croient plus en sécurité qu’au Mexique pour passer à travers la crise. 


 

Si vous avez de l’information sur cette affaire contactez Félix Séguin en toute confidentialité: felix.seguin@protonmail.com et 514-618-6784 (cellulaire, Signal).