/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Des adieux déchirés par la pandémie

Incapables de visiter leur mère en soins palliatifs

denise-leblanc
Photo courtoisie Denise Leblanc, âgée de 78 ans, entourée de sa famille, avant de partir dans un centre de soins palliatifs où les visites sont interdites à cause de la pandémie de coronavirus.

Coup d'oeil sur cet article

Des proches d’une même famille de Montréal ont dû faire de déchirants adieux à leur mère, admise vendredi en centre de soins palliatifs où les visites sont interdites en pleine pandémie de COVID-19.

« On se sent déchirés entre offrir les soins médicaux adéquats versus le soutien psychologique de la famille, alors qu’on souhaiterait lui donner les deux », confie la belle-fille de Denise Leblanc, Hélène Lanoix, qui témoigne au nom de sa belle-famille, alors que cette dernière traverse ce moment difficile.

Il était rendu impossible de garder la femme de 78 ans à la maison, en phase terminale d’un cancer du sein.

Seule

« Elle est là, seule, et nous sommes à la maison avec son mari qui ne comprend pas », poursuit Mme Lanoix, à propos de son beau-père de 87 ans qui est séparé de sa femme pour la première fois en 57 ans de mariage.

Vendredi, toute la famille s’est retrouvée dans l’entrée du Centre d’hébergement en soins palliatifs de La Prairie pour faire ses adieux à Mme Leblanc.

« Les infirmières pleuraient à côté de nous », relate sa belle-fille. 

Elle assure que le personnel fait preuve d’une grande empathie devant cette situation inédite. La famille est aussi tenue au courant de l’état de santé de Mme Leblanc, qui a peut-être deux semaines à vivre.

« Mais on aimerait la rassurer, la tenir par la main », dit Mme Lanoix, qui se demande si l’on peut trouver une solution. 

Elle aimerait par exemple qu’une personne de la famille puisse être désignée pour se rendre dans sa chambre.

« On sait qu’on n’est pas seuls dans cette situation », raconte-t-elle, puisqu’une autre famille vivait la même chose à leurs côtés, vendredi. 

À son image, sa belle-mère est restée forte en quittant ses proches, dit-elle.

Derniers moments

La famille a été assurée qu’elle pourrait voir Mme Leblanc lors de ses derniers moments, mais elle ignore si ce sera une question d’heures ou de jours et si l’aînée sera toujours consciente.

La porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Ouest, Jade St-Jean, assure que les visites seront permises « pour accompagner un proche dans ses derniers jours de vie ». 

Le centre s’est aussi doté d’iPads pour faire des appels vidéo.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.