/entertainment/comedy
Navigation

«Du bruit dans le cosmos»: un regain de confiance pour Virginie Fortin

Virginie Fortin
Photo Agence QMI, Joël Lemay Virginie Fortin

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – À une quinzaine de représentations de la fin de sa tournée Du bruit dans le cosmos, Virginie Fortin trace un bilan emballant de l’aventure que fut son premier spectacle solo, qu’elle lançait officiellement à l’automne 2018. 

«J’ai fait le spectacle que j’aimerais voir, dépeint l’humoriste en entrevue. Ça venait avec quelques petites craintes: est-ce que ç’allait être trop "champ gauche" ou trop bizarre? Après la première, le fait que les critiques aient été douces et élogieuses à mon égard, ça m’a donné une petite confiance, et j’ai continué de gagner en assurance tout au long de la tournée. Plus je faisais ce spectacle-là, plus je me l’appropriais, plus j’étais confortable dedans et plus je l’assumais.» 

«Depuis janvier, je pense que mon spectacle ne s’est jamais aussi bien passé, continue Virginie. Dans ma prochaine tournée, j’ai l’impression que ça va me prendre moins de temps, arriver à ce niveau de confiance.» 

Virginie Fortin
Photo d'archives, Agence QMI

Celle qui avait déjà l’expérience de la route après avoir roulé en duo avec Mariana Mazza dans le spectacle Mazza/Fortin affirme avoir «aiguisé son style» depuis sa victoire à En route vers mon premier gala Juste pour rire, en 2013. 

«Au début, je faisais des "one liners" un peu choquants. Puis, je me suis questionnée sur l’humour que je voulais vraiment faire. J’ose imaginer que j’évolue vers quelque chose de meilleur. C’est dur, la tournée, mais il y a une fierté qui vient après. C’est comme faire du parachute: il y a un petit moment où on a peur – sauf si on est Guillaume Lemay-Thivierge (rires) – mais après, on réalise combien c’était agréable!» 

«Remise» des Olivier 

Par contre, un fait demeure étrange: bien que salué par la critique et enrichissant pour sa tête d’affiche, Du bruit dans le cosmos n’a reçu que peu de mentions au dernier Gala des Olivier. La première offrande solo de Fortin était en nomination dans seulement deux catégories, Auteur(s) de l’année et Conception visuelle de l’année, et n’a remporté aucune de ces distinctions. Bonne joueuse, Virginie Fortin ne s’en offusque pas outre mesure. 

«Moi, j’ai arrêté de croire à ça, avoue-t-elle en échappant un rire. Non, je n’ai pas eu d’Olivier, et ce n’est pas quelque chose qui me dérange vraiment. Les remises de trophées, je trouve toujours ça un peu particulier. C’est difficile de comparer des productions qui ne sont pas nécessairement ressemblantes. Oui, ce sont tous des spectacles d’humour, mais j’ai toujours trouvé ça bizarre de mettre l’art en compétition. Je trouve que ça défait un peu l’objectif de l’art...» 

«Je savais que Juste pour rire voulait déposer mon spectacle dans plusieurs catégories et j’étais d’accord, mais moi, je ne me crée jamais d’attentes. Mettre des œuvres en compétition, ça réveille la pire fibre chez l’être humain. Mais je m’en suis remise. Je n’ai pas besoin des Olivier et je sais que les gens ont bien aimé mon spectacle. Même si ça me prendrait quelque chose pour poser au bout de mes tablettes, chez moi, pour finir ma bibliothèque (rires). Il me faut de gros objets lourds...», blague la comique et comédienne, qu’on peut toujours voir dans les trois saisons de Trop, disponibles sur ICI Tou.tv. 

Tester à Mobilo 

Virginie Fortin fait partie de l’équipe fondatrice et des vedettes du festival d’humour Dr. Mobilo Aquafest, dont la cinquième édition doit se tenir du 1er au 16 mai prochains. Pour l’instant, l’organisation de l’événement ne prévoit pas d'annuler ou de reporter son rendez-vous en raison de la pandémie de coronavirus et, si ce devait être le cas, la décision sera communiquée sur les réseaux sociaux. 

La programmation annoncée la semaine dernière de Dr. Mobilo Aquafest 2020 compte une quarantaine de spectacles répartis dans quelques salles du Mile End, incluant trois galas avec animateurs et invités, dont celui d’ouverture, à teneur féministe, mené par Virginie Fortin. Cette dernière doit aussi profiter de l’occasion pour proposer du nouveau matériel dans un spectacle solo intitulé L’imminente fin des choses, avec lequel elle partira plus tard en tournée après l’avoir peaufiné. 

«J’utilise toujours le Mobilo comme petit début d’embryon pour tester ce qui, éventuellement, pourrait devenir la base de mon prochain "show", indique Virginie. Mobilo est la plateforme où je me permets d’expérimenter et d’essayer.»