/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Profs de yoga et entraîneurs usent de créativité pour promouvoir la santé en quarantaine

Profs de yoga et entraîneurs usent de créativité pour promouvoir la santé en quarantaine

Coup d'oeil sur cet article

Comment est-ce possible de garder un engouement pour son entreprise et de faire un beau geste pour la communauté par les temps qui courent?   

C’est la question sur laquelle ces trois entrepreneurs se sont penchés au lendemain des mesures mises de l’avant par le gouvernement Legault pour endiguer la propagation du fléau de la COVID-19.        

Voici comment ils s’y ont pris.        

Cindy Reason, propriétaire du Yoga Club       

«J’ai pas dormi pendant deux jours», confie d’emblée l’entrepreneure. Le fait de devoir annoncer à ses 22 employés qu’ils ne pourraient pas compter sur le studio de yoga pour payer leurs factures pendant les prochaines semaines la hantait.        

Elle et deux de ses associées ont alors élaboré un plan. «On a imaginé un programme sur 14 jours, où les profs peuvent se filmer de chez eux pour donner des leçons à distance à nos clients». Au menu: des cours de yoga, de «barre» fitness et des ateliers de méditation.       

Cindy Reason (au centre à droite) en compagnie de son équipe
Magalie Massey Photographe
Cindy Reason (au centre à droite) en compagnie de son équipe

  

«On fait aussi appel à d’autres collaborateurs afin qu’ils puissent offrir des services que l’on ne fournit pas habituellement, comme la confection de masques maison», explique Cindy.   

Parmi les collaborateurs, l’entrepreneure Léa Bégin, derrière le compte Instagram Beauties Lab, donne notamment des capsules de self-care.   

  

Les personnes intéressées peuvent se rendre sur le site de Yoga Club et donner une contribution volontaire. Le montant amassé sera séparé entre tous les collaborateurs du projet.        

L’expérience n’en est qu’à ses balbutiements, mais l’entrepreneure se réjouie de la réceptivité de la communauté. «On a eu tellement d’amour de la part des gens, on capote! confie-t-elle. On avait déjà des dons quelques secondes après avoir lancé l’initiative».       

  

Si la crise perdure encore des semaines, l’entrepreneure ne compte pas jeter l’éponge avec ses ambitions. «Le projet va peut-être évoluer au fil du temps, mais ce qui est sûr, c’est qu’on va continuer d’offrir nos services à la communauté».       

Karim El Hlmili, propriétaire du gym Le Vestiaire et RX Lab       

La philosophie de Karim est simple: si les gens ne peuvent pas venir à son gym, il va amener son gym chez les gens.        

Depuis lundi, les membres de l’établissement dans Villeray peuvent aller chercher un «starter kit» à apporter à la maison pour continuer l’entraînement. «Ils ont le choix entre des poids libres, des kettlebells et des plaques de 10 à 25 livres pour compléter les trainings que l’on offre sur nos réseaux sociaux», explique l’entrepreneur.       

  

L’engouement a été tel que le gym de Karim s’est presque vidé depuis le début de la semaine. «J’ai même passé des benchs et des rameurs!»       

Chaque jour, l’entrepreneur propose de courtes capsules vidéos sur la page de son autre entreprise RX Lab Performance, spécialisée en préparation physique pour athlètes. «Il y a plusieurs professionnels de la santé qui y prennent part, comme des kinésiologues et d’anciens athlètes de CrossFit. Les entraînements sont pour tout le monde, même ceux qui ne sont pas membres du gym», spécifie-t-il.       

  

Tout comme Cindy, Karim est surpris du grand appui de la communauté jusqu’à présent. «On a proposé à nos membres de geler leur abonnement et de le reprendre après la crise, mais je dirais que 95% des gens ont dit qu’ils voulaient continuer de payer pour nous encourager. Ça fait vraiment chaud au cœur!»       

Yan Cacchione, entraîneur privé       

Habituellement, Yan sépare son horaire entre les rencontres avec des clients à leur domicile ou dans un gym de Montréal et l’élaboration d’«e-books» d’entraînement et de bien-être que ses abonnés peuvent acheter sur son site web.       

Mais depuis quelques jours, l’ex-candidat d’Occupation Double Grèce s’affaire plutôt à publier gratuitement des vidéos d’entraînements à faire à la maison. «Je ne veux pas mettre mes produits de l’avant avec la situation actuelle. Je souhaite seulement aider la communauté à ma manière».       

  

L’entrepreneur devait lancer un autre e-book axé sur l’alimentation dimanche dernier, la journée même où le gouvernement Legault a ordonné la fermeture des centres d’entraînement. «J’ai décidé d’annuler le lancement et de réorienter mes abonnés vers ma plateforme Yumfit dédiée aux recettes santé, afin de leur offrir des conseils de menus sains gratuitement».       

  

«En ce moment, je suis dans une position où je peux influencer les gens à affronter les prochaines semaines de manière positive et c’est vraiment là-dessus que je focusse».        

Yan compte également prendre le temps libre qui vient de se libérer pour démarrer un nouveau projet. «J’aimerais créer ma chaîne YouTube pour que les gens apprennent à me connaître sous un autre jour».        

Pour ceux qui se demandent quoi faire dans les prochaines semaines, l’entrepreneur a un conseil: «Mettez-vous en forme! C’est le moment ou jamais!» 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux