/opinion/blogs/columnists
Navigation

Restez chez vous!

Restez chez vous!

Coup d'oeil sur cet article

Sur le chemin du retour de la Floride, en Caroline du Sud au milieu des champs, on voit d’immenses panneaux. 

«Jésus pardonne vos péchés et sauve votre âme.» 

Arrivés en Pennsylvanie, on a commencé à voir des panneaux à messages variables qui affichent: «Stay Home Save lives».   

Ce «Restez chez vous Sauvez des vies» nous suivra jusqu’aux confins de l’État de New York à la frontière canadienne. 

Hier, en arrivant à Montréal, je m’attendais à trouver les rues désertes comme en temps de guerre. Sous le petit soleil de cette fin d’après-midi, les gens se baladaient aux abords du parc Lafontaine: des familles, des joggeurs, des couples.   

Il va pourtant falloir se rendre à l’évidence, cette saloperie de COVID-19 ne s’attaquera pas qu’aux octogénaires ou à ces maudits boomers responsables de tous les maux de la terre. 

Il n’y a rien de plus inclusif qu’un virus. 

Nombreux sont les aînés totalement autonomes qui ont du mal à accepter du jour au lendemain de dépendre d’autrui. 

Nos vieux ne sont pas tous grabataires et prêts à mourir. 

Je connais des octogénaires qui ont bon pied bon œil, dont mon ado de 88 ans.  

Cependant, bien des réalités nous rattrapent: beaucoup de gens habitant seuls n’ont personne pour leur venir en aide.  

Cette situation de crise dans laquelle nous sommes enfermés nous renvoie à nos responsabilités en tant que citoyens. 

Les plus jeunes aussi s’y voient durement confrontés.  

Les études interrompues, les pertes d’emploi, les charges qui s’accumulent. La vie telle que nous la connaissions il y a encore quelques semaines vient de basculer totalement. 

Le déni reste le dernier rempart derrière lequel notre angoisse se cache. 

Il y a moins d’une semaine, on voyait des gens partir en vacances en ignorant totalement les consignes.  

Des images de plages floridiennes bondées de jeunes sur le party font le tour du monde. 

La nature humaine... 

J’ai quitté la Floride le cœur serré en songeant aux gens qui y restent. En traversant différents États, on sent monter l’inquiétude face à la menace. 

Le joker orange a baptisé la COVID-19 «the chinese virus» et il commence à comprendre que les prières de Mike Pence et de ses preachers évangélistes ne suffiront pas à enrayer le virus.  

Au Canada, on sent que le gouvernement Trudeau a du mal à s’affirmer. 

Au Québec, il y a un pilote dans l’avion. 

François Legault agit comme un vrai commandant de bord. (N’était-il pas un des fondateurs d'Air Transat?)  

On peut féliciter le premier ministre ainsi que tout son équipage le docteur Arruda en tête.  

Les ordres du commandant sont clairs: Enwèye à maison!