/opinion/columnists
Navigation

Trudeau l’imposteur

Coup d'oeil sur cet article

Lundi, quand j’ai vu Justin Trudeau s’avancer, l’œil hagard, vers le lutrin où il devait s’adresser à la nation, je me suis dit qu’il faisait pitié. Pas pitié dans le sens de « pauvre p’tit Justin ». Non. Pitié dans le sens de « tu fais dur, monsieur Trudeau, pis votre père serait pas fier ». 

Y a-t-il un pilote dans l’avion ? 

Avec plus de 45 minutes de retard, notre premier ministre a tenu à rassurer la population face à la pandémie qui s’abat sur elle et la menace économique qui plane : « Ne vous en faites pas, Sophie va bien ». 

Je ne sais pas si les rédacteurs responsables d’écrire ses discours sont aussi scripteurs sur la série This Is Us, mais me semble que les citoyens canadiens auraient eu droit à mieux qu’une entrée en matière digne d’un « soap » larmoyant. On aurait pris des nouvelles de Sophie Grégoire-Trudeau plus tard. Ou on se serait fiés à son compte Instagram pour nous informer. 

J’oubliais : Justin, dans l’une de ses logorrhées bilingues, nous a aussi encouragés à laisser courir les enfants dans la maison. Hey, une chance que j’ai Justin pour me rappeler qu’une « game » de ballon-chasseur dans le sous-sol, ce n’est pas si grave que ça dans le contexte. 

Un peu de leadership, svp 

Mercredi, revirement de situation. Justin semble se réveiller d’un long sommeil. Trop de jours plus tard dans les Maritimes, il annonce des mesures concernant la frontière canado-américaine et l’injection de milliards de dollars pour aider les particuliers et les entreprises. Par contre, il reste vague sur le quand et le comment. Classique. 

C’est ma mère, Saguenéenne de son état et ambassadrice du gros bon sens, qui m’a gratifiée de l’analyse la plus intéressante de cette gestion de crise mollassonne. Au détour d’une conversation téléphonique à propos de mon état et de celui de mes enfants, elle a dit : « Écoute, Justin, s’il veut plus être premier ministre, la, la, il a juste à le dire ». Justin, t’as entendu ma mère ? Si tu veux plus être premier ministre, dis-le. Tous les acteurs ont des doublures.