/news/consumer
Navigation

COVID-19: Les livreurs du Québec, ces gardiens de l'ombre

Ils travaillent jusqu’à 12 heures par jour

Coup d'oeil sur cet article

Quinze fois plus d’ouvrage, 12 heures de travail par jour, des clients impatients et anxieux: la vie des livreurs du Québec est chamboulée, alors qu’ils doivent jouer un rôle crucial dans cette période de crise.  

• À lire aussi: COVID-19: Voici le petit guide de la livraison au Québec  

• À lire aussi: COVID-19: 40 restaurants qui livrent à domicile  

• À lire aussi: Les épiceries croulent sous les demandes de livraisons   

«Avant, c’était environ 1% de la population qui utilisait les services en ligne. Maintenant, c’est environ 15%», évalue Mario Tremblay, propriétaire de MTE transport d’épicerie. Il est responsable de tous les Metro de Québec, de cinq Provigo et d’une douzaine d’IGA.  

<b>Mario Tremblay</b><br /><i>MTE transport d’épicerie</i>
Photo Stevens LeBlanc
Mario Tremblay
MTE transport d’épicerie

Ce dernier avait lancé un cri du cœur, plus tôt cette semaine, afin de trouver des ressources supplémentaires et répondre aux demandes de livraison. Il a été entendu.          

«Je dois recevoir au moins 100 appels par jour, sans exagérer. Des gens qui ont perdu leur emploi ou leur entreprise, j’ai de tout, poursuit M. Tremblay. J’ai notamment un massothérapeute qui a dû fermer et renvoyer 16 employés. On songe à transformer sa clinique en centre d’appels pour les commandes.»          

Logistique  

C’est qu’il n’y a pas que les livreurs qui sont devenus une denrée rare. Les commis et les préposés dans les épiceries et les centres de distribution sont également recherchés.          

«Il y a un besoin au niveau de la logistique des appels, monter les commandes et servir le plus de monde possible, fait valoir M. Tremblay. Les épiciers doivent s’adapter, je ne leur lancerai pas de pierres. Eux aussi font face à la musique et s’ajustent d’heure en heure.»          

Les livreurs, dont Tom Thériault qui travaille pour MTE transport d’épicerie, font face à une demande qui a explosé pour les livraisons d’épicerie, et les épiciers doivent trouver la main-d’œuvre nécessaire pour préparer les commandes.
Photo Stevens LeBlanc
Les livreurs, dont Tom Thériault qui travaille pour MTE transport d’épicerie, font face à une demande qui a explosé pour les livraisons d’épicerie, et les épiciers doivent trouver la main-d’œuvre nécessaire pour préparer les commandes.

Les commerçants, qui faisaient déjà face à une pénurie de main-d’œuvre, doivent maintenant composer avec des mesures de sécurité liées à la COVID-19 qui touchent aussi leurs employés. «Et on a du monde qui tombe au combat tous les jours», se désole le livreur.          

Appel à la patience  

M. Tremblay lance un appel à la patience et à la politesse.          

«Des clients sont fâchés parce que nous sommes en retard. Faut comprendre que les délais, on ne peut plus en garantir, on y va une à la fois. Des gens nous manquent de respect, d’autres reviennent de voyage et ne nous le disent pas. Ils travaillent 12 heures par jour, s’il vous plaît, respectez-les», se désole-t-il.          

Le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) indique travailler fort pour réduire les délais de livraison qui se sont allongés chez les épiciers.          

Les commandes sont normalement livrées le lendemain, mais dans le contexte actuel, les délais sont en moyenne de deux à trois jours, selon les régions. «Ceux qui peuvent se déplacer à l’épicerie, allez-y», lance le porte-parole, Jean-François Belleau.          

Il indique, par ailleurs, que les besoins de main-d’œuvre sont plus que jamais présents.          

«Nous avions déjà une pénurie de main-d’œuvre et, là, on a besoin encore plus. Des livreurs, des commis. Pour ceux qui ont perdu leur job, il y a de l’ouvrage», insiste-t-il.          

Raisonnable  

De son côté, Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques de l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ), demande à la population d’être raisonnable et de prendre ce dont ils ont besoin pour répondre aux besoins en magasin et en ligne.          

«On va à l’épicerie [tous les] deux ou trois jours, on fait des petites provisions et on en laisse pour les personnes âgées, en quarantaine ou qui travaillent dans la santé et qui peuvent venir moins souvent», insiste-t-il.