/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19: nos experts répondent à vos questions

Coup d'oeil sur cet article

Encore une fois, vous avez été nombreux à nous faire parvenir vos questions concernant la pandémie de coronavirus. Voici quelques réponses de nos experts. 

• À lire aussi: COVID-19: nos spécialistes répondent à vos questions 

• À lire aussi: COVID-19: nos experts répondent à vos questions 

• À lire aussi: COVID-19 : nos experts répondent à vos questions  

Nous tenterons de répondre à vos questions au cours des prochains jours si vous nous faites parvenir un courriel à l’adresse coronavirus@quebecormedia.com. 

À quel moment pourrait-on faire appel aux forces policières pour faire respecter l'isolement?  

-Jérémie St-Amant 

«Pour l’instant, c’est une situation hypothétique qui semble le devenir de moins en moins. Si les gens continuaient à se rassembler et ne suivaient pas les consignes des autorités, le gouvernement pourrait faire appel aux policiers pour faire respecter des règles de confinement obligatoire et non volontaire, comme c’est le cas actuellement. Dans une telle situation, les policiers devraient s’en tenir au gros bon sens, comme toujours. Puis, si on parle de la femme atteinte du coronavirus qui a été arrêtée vendredi à Québec, les policiers ont été appelés par la Direction de la santé publique pour faire respecter l’ordre d’isolement de la dame. Encore là, c’est du gros bon sens. Les policiers sont intervenus par prévention.» - François Doré, ex-policier à la Sureté du Québec 

A-t-on légalement le droit de refuser l’argent comptant dans les commerces à cause de la COVID-19?  

-Rachel Bédard 

«Oui, le commerçant peut refuser de l’argent comptant. Au Québec, en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail, un employé peut refuser de manipuler quelque chose qui lui fait craindre pour sa santé, comme de l’argent comptant dans ce cas-ci.» - Marc-Antoine Cloutier, avocat et fondateur de la clinique juridique Juripop 

On voit beaucoup de files de gens devant les épiceries, à la SAQ ou même dans des cliniques de dépistage. N’est-ce pas dangereux pour la transmission du virus?  

-Valérie Litalien 

«Oui, il y a toujours un risque de contagion lorsqu’on est à proximité de quelqu’un. On doit vraiment garder une distance d’un à deux mètres lorsque vous êtes dans une file. Il faut insister là-dessus. Il doit y avoir des indications de distanciation dans les endroits où il y a des files.» - Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM 

Pourquoi ne serait-il pas possible de retirer nos REÉR sans pénalité en cette période exceptionnelle?  

-Patrick Lapointe 

«En tout temps, une sortie de REÉR est possible, mais elle sera imposable pour l'année fiscale dans laquelle est a été sortie. Cependant, actuellement, le marché boursier est à la baisse, donc il est fort probable que les placements REÉR ont subi des pertes. Sortir des montants en temps de crise financière occasionne également des pertes sur la valeur de vos REÉR. Les spécialistes s'entendent pour dire qu'il ne faut pas décaisser en temps de crise, car ce serait céder à la panique. Les marchés reprendront un jour ou l'autre. Si vous avez des droits REÉR inutilisés ou des REÉR qui ne sont pas en bourse, vous pouvez sortir cet argent, et lorsque les choses iront mieux plus tard dans l'année, cotiser à nouveau au REÉR et ainsi vous annulez l'effet fiscal lié au retrait.» - Maxime Lamoureux, fiscaliste chez Barricad 

«Avec les soubresauts boursiers des derniers jours, les gouvernements n’ont pas avantage à favoriser les retraits de REÉR. S’ils le faisaient, de trop nombreux cas de figure seraient à prévoir, notamment dans quelles situations permettre le retrait (pour tous ou seulement pour ceux ayant besoin d’un soutien financier), permettre un retrait temporaire comme pour l’achat d’une résidence (RAP) ou un retrait permanent, et enfin si un retrait non imposable est offert, quel est le maximum autorisé? Il ne doit pas y avoir d’appétit gouvernemental pour aller en ce sens. Si la situation financière de ceux et celles qui retirent tout de même des REÉR fait en sorte qu’ils ont moins d’impôts à payer, la partie qui pourrait avoir été payée en trop leur sera retournée lors de la production de la déclaration de revenus 2020. De manière plus ciblée, le gouvernement a plutôt offert de la souplesse aux personnes âgées de plus de 71 ans en leur permettant de réduire de 25 % le retrait minimal qu’il doit faire de leur fonds enregistré de revenu de retraite (FERR).» - Luc Godbout, titulaire de la chaire en fiscalité et en finances publiques de l’université de Sherbrooke.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.