/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Ottawa compte ramener des Canadiens pris au Pérou, en Espagne et au Maroc

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement fédéral va affréter des avions afin de rapatrier des Canadiens coincés dans trois pays, dans un premier temps.  

• À lire aussi: Les derniers développements sur la pandémie  

Justin Trudeau a affirmé samedi que le fédéral dépêchera dans un premier temps des appareils au Pérou et en Espagne, en plus du Maroc.

Un vol d’Air Canada au départ de ce pays doit arriver à Montréal samedi soir.

«On planifie d’autres vols au cours des prochains jours, potentiellement du Pérou et de l’Espagne, et d’autres pays qui seront annoncés le plus tôt possible», a déclaré le premier ministre.

Ottawa a choisi ces trois pays puisqu’ils ont été parmi les premiers, entre autres, à fermer leur espace aérien, donnant peu de temps aux ressortissants canadiens là-bas d’organiser un vol de retour à la maison.

C’est le cas du Pérou, qui a abruptement fermé sa frontière cette semaine. De nombreux Québécois sont coincés dans ce pays d’Amérique du Sud.

Le premier ministre y est allé d’une mise en garde : «On ne pourra pas joindre tout le monde, mais on fera tout ce qu’on peut pour aider le plus de gens possible.»

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne a renchéri plus tard en conférence de presse, soulignant que le les efforts de rapatriement sont «extrêmement complexes» et «sans précédent».

«Il s’agit d’un énorme défi logistique. La situation change d’heure en heure», a-t-il expliqué, soulignant que son ministère a reçu 1000 appels et 14 000 messages en 48 heures de Canadiens pris à l’étranger.

Les gens vulnérables auront la priorité sur ces vols, qui se remplissent très rapidement. On s’attend à ce que des milliers de personnes rentrent au pays dans les prochains jours.

Le ministre Champagne souligne être en contact avec «une quinzaine de pays» afin de coordonner l’effort de rapatriement.

Il y a sur cette liste notamment l’Australie, le Brésil, l’Allemagne, la Turquie, le Royaume-Uni, l’Inde et l’Équateur.

M. Champagne a de nouveau appelé au retour des «snowbirds» québécois, alors que les vols «se font de plus en plus rares» pour revenir au pays.

Refus de monter à bord

Le premier ministre Trudeau a rappelé que les Canadiens qui présentent des symptômes ne seront pas admis à bord des appareils. On exigera d’eux qu’ils attendent 14 jours avant de tenter à nouveau leur chance, avec en main un certificat médical attestant de leur bonne santé.

Ottawa a aussi obtenu l’assurance des compagnies aériennes que les prix des billets seront raisonnables.

Le gouvernement Trudeau annoncera dans les prochains jours l’envoi d’autres vols dans des destinations où le nombre de Canadiens désirant rentrer est important, comme, potentiellement, le Portugal ou encore les Philippines.

M. Trudeau a rappelé qu’Ottawa a promis jusqu’à 5000$ en prêt aux Canadiens à l’étranger souhaitant rentrer au pays, afin de les aider à payer leurs frais de transport.

Le premier ministre a aussi mentionné qu’il ne comptait pas déclarer tout de suite la Loi sur les mesures d’urgence, estimant qu’elle n’est pas nécessaire jusqu’ici.       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.