/sports/racing
Navigation

Pas de courses NASCAR avant juillet?

Le pilote québécois Raphaël Lessard aiguise sa patience en Caroline du Nord

NextEra Energy 250
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir discuté avec des membres de son entourage, ses parents François et Chantal principalement, Raphaël Lessard a choisi de rester en Caroline du Nord, où il réside depuis quelques mois déjà, plutôt que de retourner dans sa Beauce natale.

« Je pense que c’était la meilleure décision à prendre, a indiqué le pilote de 18 ans, en entrevue téléphonique au Journal. Je ne pouvais risquer de ne plus être autorisé à revenir aux États-Unis par la suite. »

Raphaël Lessard
Photo courtoisie
Raphaël Lessard

Recruté à temps plein en 2020 par la réputée écurie de Kyle Busch Motorsports (KBM) dans la série des Camionnettes Gander Outdoors, Lessard a vu son parcours s’arrêter après seulement deux courses, à Daytona et à Las Vegas le mois dernier, quand la série NASCAR a suspendu ses activités en raison de la COVID-19.

« On attend des nouvelles, a-t-il renchéri, mais pour l’instant, on ne sait pas quand tout va recommencer. En fait, personne ne le sait. »

 Ni même NASCAR, devrait-il rajouter, est en mesure de prévoir quoi que ce soit. Mais un fait demeure, les dirigeants de la série, muets depuis que les récentes courses de la discipline reine ont été reportées à Atlanta (15 mars) et à Homestead en Floride (22 mars), sont également dans l’attente.

Comme en Europe

Autant le président des États-Unis, Donald Trump, a minimisé l’impact de la pandémie il y a quelques semaines à peine, autant aujourd’hui, il réalise l’ampleur de la situation.

Il faut s’attendre à des mesures draconiennes de sa part au cours des prochaines semaines. Certains États américains ont déjà posé des gestes concrets pour limiter les déplacements sur leurs territoires respectifs.

En fait, l’Amérique du Nord pourrait vivre prochainement ce que l’Europe, particulièrement l’Italie et l’Espagne, vit actuellement. On n’est pas sortis de l’auberge.

Tout ça pour dire que si NASCAR, dans son plus récent communiqué, a annoncé « qu’elle souhaitait un retour à la compétition le 9 mai à Martinsville », elle n’aura d’autre choix que de reporter cette rentrée. Et de plusieurs semaines, voire des mois.

À cet égard, il faut donc penser que les courses ne pourraient reprendre qu’au début de juillet. 

Méchant casse-tête

Et c’est un joyeux casse-tête qui attend tous les intervenants de la Coupe NASCAR, dont le calendrier très chargé de 36 courses comportait de très rares pauses jusqu’à l’étape finale prévue le 8 novembre à Phoenix, en Arizona.

Déjà sept programmes de compétition ont été annulés.

Dans son cas, Lessard doit reprendre le volant le 15 mai à Charlotte, en Caroline du Nord. Mais oubliez ça, il devra aiguiser sa patience encore plus longtemps. 

« On a reçu ordre de rester à la maison, a-t-il souligné. C’est ce que je fais. C’était prévu que je passe l’année aux États-Unis, peu importe les circonstances. »

Ateliers fermés

Lessard est hébergé par un ami à Sherrills Ford, dans la région de Mooresville, en Caroline du Nord, où sont situés les ateliers de l’écurie KBM.

« Toutes les installations mises à ma disposition, dont le gymnase et le simulateur, sont fermées depuis une semaine, a-t-il précisé. Je poursuis mon entraînement à domicile et je fais du jogging dans les parcs et les boisés avoisinants.  

« Je suis plus en forme que jamais. J’ai juste hâte de recommencer à courir. L’attente est déjà très longue et je ne sais pas quand elle va se terminer. J’abordais cette course à Atlanta [prévue la semaine dernière] avec tellement de confiance. Ça aurait été ma deuxième course sur un circuit d’un mille et demi », a-t-il conclu.

Ce n’est que partie remise pour le jeune espoir du stock-car de Saint-Joseph-de-Beauce.

La famille garde le moral

Au bout du fil, François Lessard répète que son fils Raphaël est entre bonnes mains en Caroline du Nord.

« On se parle régulièrement, dit le paternel, en entrevue téléphonique au Journal. On ne souhaite qu’une chose, que ça reprenne le plus rapidement possible. Mais on n’a pas de boule de cristal. L’important, c’est qu’il soit bien entouré. »

L’écurie Kyle Busch, qui le fait courir à temps plein dans la série des Camionnettes Gander Outdoors, troisième division du NASCAR, lui procure tout l’encadrement dont il a besoin. Et c’est rassurant pour la famille.

François Lessard est une figure connue dans son patelin de Saint-Joseph-de-Beauce. Il est le patron de l’entreprise de transport FRL Express.

« Nous ne sommes pas trop affectés par la pandémie, raconte-t-il. Nos camions sont autorisés à franchir la frontière américaine, même si on constate une baisse de l’achalandage. »

« Rien n’est acquis »

« On a l’impression que tout allait trop bien avant, poursuit-il. Il faut faire un reset et remettre les compteurs à zéro. On se rend compte que la vie, c’est précieux. Que rien n’est acquis.

« Mais on constate qu’en Chine, où tout a débuté, la vie reprend de plus en plus son cours normal. C’est bon signe. »