/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les partys de sous-sol dans les églises continuent

Des communautés continuent de se réunir dans les sous-sols d'église

Les partys de sous-sol dans les églises continuent
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Je reste en face d’une église à la communauté très vivante. Chaque fin de semaine est l’occasion d’un interminable défilé de voitures rutilantes. Toutes convergent vers le stationnement de l’église. Des familles, nombreuses et bien mises, s’en extirpent avec des plats délicieux, des gerbes de fleurs et des soupières fumantes. Hier ne faisait pas exception.  

Party de sous-sol  

Comme tous les samedis soir, un party s’est tenu à l’église d’en face. Devait bien y avoir une soixantaine de fidèles. Alors que la Direction régionale de la santé publique de Montréal a fait appel aux leaders religieux afin que ceux-ci s’adressent à leurs communautés, les partys de sous-sol battent leur plein dans plusieurs lieux de culte montréalais. Et il en va de même ailleurs au Québec.         

La consigne est pourtant claire: on doit éviter de se rassembler, surtout à l’intérieur. Le premier ministre Legault a même ordonné la fermeture des lieux de rassemblement la semaine dernière. Ainsi, gyms, bars, piscines, cinémas (au grand dam de Vincenzo Guzzo, qui préfère son profit au bien collectif), bibliothèques et stations de ski se plient aux recommandations, essuyant des millions de dollars de pertes et jetant des centaines d’employés à la rue.         

Mais ceux qui dirigent certains de nos lieux de culte continuent à officier comme si de rien n’était, mettant leurs communautés et le reste de la population en danger? Pas tellement «chrétien» comme façon de faire. Comme le dit la brochure: «Réveillez-vous!»          

La police s’en mêle  

Hier, donc, pendant que le sous-sol de l’église se remplissait à craquer, je n’ai pas eu d’autre choix que de faire mon devoir de citoyen en pareille circonstance. Même si je me sentais comme une collabo au temps de la Deuxième Guerre, et même si j’ai peur que cette crise nous mène droit à une culture de dénonciation vaguement totalitaire où chacun deviendrait les yeux du gouvernement pour dénoncer son voisin, j’ai appelé la police. Plus précisément, j’ai appelé mon poste de quartier où on m’a dit de composer... le 911.         

Quinze minutes plus tard, deux voitures du SPVM étaient stationnées devant l’église et les ouailles en ressortaient avec leur nourriture et leurs bouquets de fleurs. Je me suis sentie très mal d’avoir mis fin à cette réunion. Parce que je sais que les personnes présentes à cette soirée y étaient sans doute pour trouver un peu de réconfort.          

Même si je ne suis pas croyante, je peux comprendre qu’en ce moment, et peut-être plus que jamais, il peut être tentant, pour les croyants, de chercher refuge dans la prière. Sauf que nous traversons une crise sanitaire mondiale et majeure sans précédent. L’appel de Dieu ne devrait pas supplanter celui de l’État. Dieu ne vous protégera pas de la COVID-19. Alors, de grâce, priez chez vous.