/weekend
Navigation

«Un homme meilleur» de Louise Penny: Gamache affronte des tempêtes

Louise Penny
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Louise Penny

Coup d'oeil sur cet article

L’inspecteur Gamache reprend du service à la section des homicides de la SQ et doit affronter bien des tempêtes dans la nouvelle enquête de Louise Penny, Un homme meilleur. Alors que la province est sous la menace de terribles inondations printanières, il doit s’occuper d’un cas particulièrement difficile. Gamache devra montrer toute sa force de caractère en affrontant en même temps une vraie tempête médiatique.  

Avec tout le talent qu’on lui connaît, Louise Penny ne ménage pas Gamache dans ce nouveau roman explosif et très addictif. De retour d’une suspension de neuf mois à la suite de décisions «désastreuses», il est rétrogradé et placé sous le commandement de son gendre et ancien lieutenant, Jean-Guy Beauvoir. Alors que les crues printanières créent le chaos un peu partout dans la province, un père inquiet sollicite l’inspecteur-chef pour retrouver sa fille portée disparue, Vivienne Godin. Alors que l’enquête avance et que la vérité éclate, Gamache, empathique, se demande comment il réagirait s’il n’arrivait pas à protéger sa propre fille d’un conjoint violent.     

Louise Penny, numéro 1 au palmarès des meilleures ventes du New York Times, souhaitait être imprévisible en se lançant dans cette nouvelle aventure littéraire qui se déroule au printemps, alors que c’est le chaos dans la province à cause des inondations. «Je voulais voir comment Armand et Jean-Guy allaient interagir en étant sur le même pied d’égalité. Et je voulais voir ce qui se passe lorsqu’un cas dérape», dit-elle, en entrevue.    

«Habituellement, Armand et Jean-Guy étudient un meurtre, font leur enquête, interviewent des gens, interagissent avec les villageois de Three Pines. Puis ils font une arrestation et c’est la fin du livre. Dans ce cas, ils procèdent à une arrestation... et les choses ne vont pas comme prévu. Je voulais les placer dans une situation où ils allaient devoir protéger un suspect.»    

Réseaux sociaux  

Louise Penny a interrogé plusieurs avocats pour savoir ce qui se passe, en cour, lorsqu’on perd un cas, particulièrement à cause d’un point technique, alors que les enquêteurs savent que la personne est coupable. Elle voulait également explorer de nouveaux problèmes. «En fait, j’ai participé à un dîner avec Bill Clinton et quelques-uns de ses amis, qui sont aussi avocats. Je leur ai demandé quelles étaient les nouvelles choses auxquelles se heurtait le système judiciaire. Un des invités – pas Bill – a fait mention des réseaux sociaux et de la frontière ténue avec la vie privée. J’ai trouvé cela intéressant.»    

Elle explique davantage. «À la maison, la porte d’entrée représente habituellement cette limite. Mais où se trouve la frontière dans les réseaux sociaux? Que peuvent faire les policiers, que peut faire la cour? Et comment le système fait face à cela?» La romancière ajoute que le cas étudié dans Un meilleur homme est particulièrement chargé d’émotions intenses pour Gamache et Beauvoir. «Ils essaient de ne pas se sentir touchés, personnellement, par leurs dossiers... mais il y en a qui sont plus difficiles que d’autres. Et celui-ci, en particulier, à cause de la victime.»    

Disparitions inquiétantes  

Le cas de Vivienne a été imaginé de toutes pièces, mais Louise Penny ajoute que, malheureusement, il n’est pas rare d’assister à des disparitions de jeunes femmes. «Malheureusement, nous faisons face également aux cas de disparition de femmes des Premières Nations et ça n’a l’air de déranger personne. Dans ce cas, le père a sonné l’alarme», observe-t-elle.    

«C’était intéressant pour moi de voir comment Gamache, qui a été tellement humilié, allait réagir. Au lieu d’être le chef, on lui demande son aide pour retrouver une femme qui a peut-être fui une situation d’abus. Mais pour Gamache, un crime est un crime, et il y va.»    


  • Louise Penny est la seule auteure à avoir remporté sept fois le prix Agatha.    
  • Elle est décorée de l’Ordre national du Québec et de l’Ordre du Canada et figure ainsi parmi les Québécois d’exception.    
  • Elle a fait son entrée dans Le Petit Larousse illustré en 2019.    
  • Ses romans sont traduits en 29 langues et vendus à 9 millions d’exemplaires.    
  • La série Armand Gamache enquête fait connaître le Québec partout dans le monde.    
  • Son site web : louisepenny.com.      

EXTRAIT  

Louise Penny
Éditions Flammarion Québec

«L’eau qui affluait sous eux, limpide et paisible en été, bouillonnait à présent. Une écume brunâtre s’y formait sous l’effet des branches d’arbres et des gros blocs de glace entraînés par la crue printanière. C’était parfaitement naturel. Parfaitement prévisible. Mais ils avaient un problème. Il y avait trop de tout. Trop d’eau. Trop de glace. Beaucoup trop de débris forestiers tourbillonnant dans le courant. Gabri et Clara pivotèrent pour jeter un coup d’œil vers l’aval. – Merde, bredouilla Clara avant de se tourner vers Gabri. Un embâcle se forme. C’est le moment de remplir des sacs de sable.»  

- Louise Penny, Un homme meilleur, Éditions Flammarion Québec