/finance/stockx
Navigation

À Wall Street, le Dow Jones s’enfonce encore plus dans le rouge

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Le Dow Jones est tombé lundi à son plus bas depuis novembre 2016 dans un marché inquiet face à l’impasse politique sur le plan de relance de l’économie américaine et peu rassurée par les nouvelles annonces de la Fed. 

• À lire aussi: Les derniers développements sur la pandémie

• À lire aussi: Nouvel échec au Sénat américain sur le plan massif de soutien à l’économie

L’indice vedette de la Bourse new-yorkaise a chuté de 3,04 % à 18 591,93 points. 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lui limité les pertes en abandonnant seulement 0,27 % à 6 860,67 points. La progression de grands noms de l’indice, comme Amazon (+3,1 %) ou Netflix (+8,2 %), lui a permis de ne pas trop perdre de terrain. 

Le S&P 500 a lui plongé de 2,93 % à 2 237,40 points. L’indice élargi de la place new-yorkaise évolue désormais sous le niveau qu’il avait lors de l’investiture de Donald Trump, le 20 janvier 2017. 

C’est une déconvenue de plus pour le président américain, qui a fait de la bonne santé des marchés financiers l’un de ses principaux arguments pour sa réélection en novembre. 

Lundi, les investisseurs ont manifesté leurs inquiétudes face à l’incapacité du Sénat américain à approuver un plan de soutien massif à l’économie américaine pour lui permettre de faire face aux conséquences dévastatrices de la pandémie de coronavirus. 

Le texte a été rejeté deux fois à la chambre haute des États-Unis, dimanche soir puis lundi. Les tractations se poursuivaient lundi en coulisses entre la majorité républicaine et la minorité démocrate. 

Selon Peter Cardillo de Spartan Capital Securities, un plan devrait bientôt être adopté par le Congrès américain. 

« Une fois qu’il sera passé, les marchés devraient commencer à se stabiliser », prédit l’expert. 

« Cela ne veut pas dire que le marché des actions va soudainement se redresser, mais je ne crois pas qu’on descende bien en dessous des niveaux actuels », ajoute-t-il. 

Les acteurs du marché n’ont par ailleurs pas semblé particulièrement rassurés lundi par de nouvelles mesures de la Banque centrale américaine, annoncées avant l’ouverture. 

La Fed a annoncé ne plus fixer de limites à ses achats de bons du Trésor et de titres hypothécaires. 

La Banque centrale américaine a également lancé un nouveau programme de 300 milliards de dollars d’aides pour « soutenir le flux de crédit aux employeurs, aux consommateurs et aux entreprises ». 

Selon de nombreux analystes, l’économie américaine doit se préparer à de prochains mois très difficiles. 

Selon Stephen Dulake, chef mondial de la recherche sur le crédit chez JPMorgan Chase, « les prédictions sur une reprise en milieu d’année sont de l’histoire ancienne. » 

M. Dulake a dit s’attendre à une « récession profonde » pour la première économie mondiale. 

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine s’établissait à 0,766 % vers 16h30, en repli par rapport à la dernière clôture (0,854 %).