/opinion/columnists
Navigation

Golf en danger

golf automne international 2000
Photo d’archives Les golfeurs devront prendre leur mal en patience au cours des prochaines semaines.

Coup d'oeil sur cet article

Les clubs de golf du Québec qui ne bénéficient pas d’une grande liquidité pourraient ne pas se relever.   

Seul celui d’Ottawa a eu lieu, et les trois autres salons du golf, de Boucherville, Montréal et Québec ont été annulés, privant ainsi les opérateurs de terrains de golf de revenus quasi indispensables qui, habituellement, couvrent les frais relativement élevés de début de campagne.    

Les clubs en bonne santé financière devraient réussir à passer au travers de la crise si elle n’est pas trop longue, mais on croit que de nombreuses administrations n’y parviendront pas ou, alors, très difficilement.    

Curieusement, le peu de neige au cours de l’hiver, la douce température arrivée très tôt étaient sur le point de favoriser des ouvertures record. Le club International 2000, qui a la réputation d’être le premier accessible et le dernier fermé, est fin prêt depuis mardi dernier ; à peine quelques petites taches jaunes sur certains verts qui sont très verts. Toute la neige des allées a été soufflée ou a carrément fondu, quelques taches blanches dans les boisés et les plans d’eau commencent à dégeler.     

Mais la consigne est la même pour tout le monde. Tout arrête, y compris vos fers, vos bois, birdies et boogies. Même la ministre Isabelle Charest, une redoutable et tellement agréable golfeuse, doit être déçue.    

Dommage. Oui, de nombreuses allées du sud du Québec auraient accueilli les plus maniaques avant même qu’avril nous dise de ne pas nous découvrir d’un fil. Ce sera pour une prochaine fois.    

Poolers en stand-by  

En octobre dernier, les poolers ont payé leur participation, ils ont choisi leurs joueurs et la saison s’est mise en branle. Tout au cours de la campagne, ils ont observé leur évolution et celle de leurs rivaux et, tout à coup, tout s’est arrêté.    

COVID-19 oblige, les 31 clubs de la NHL se sont démembrés. Patinoires, gradins, vestiaires, gymnases se sont vidés, il n’y a plus rien.     

Vous faites quoi de votre pool ? Vous n’avez pas le choix, vous ne bougez pas. Ne gaspillez surtout pas le fric que vous avez amassé le jour du repêchage.    

Tout comme les joueurs, dirigeants et amateurs, vous dépendez de la décision de Gary Bettman, qui dépend de la grande logique sanitaire de la planète. Ça peut prendre un mois, quatre mois, six mois, un an. Attendez.    

Que feront-ils ? Vont-ils compléter la saison qui était en cours ? Vont-ils tout recommencer ? Concocteront-ils une formule de séries éliminatoires qui mettrait fin automatiquement à la saison entamée ? Au cours de la semaine, Yvon Pedneault a évoqué plusieurs possibilités, mais ce ne sont que des hypothèses.     

Poolers, à vos marques ! Attendez.    

DE L’ENCLAVE  

  • Le message de François Legault est très fort. Dans l’étang derrière chez moi, des outardes sont déjà revenues. C’est pas une joke.    
  • Derek Aucoin publie cette semaine La tête haute. J’ai hâte de te lire, le grand. Ce que Marc de Foy a écrit à ton sujet samedi me rend encore plus impatient. Sérieusement atteint d’un cancer du cerveau, Derek explique qu’il ne s’est pas dit : « Pourquoi moi ? », mais plutôt : « Pourquoi pas moi ? » J’ai frissonné.     
  • Qui dirige des équipes dans la NHL depuis plus de 22 ans après avoir fait ses débuts derrière le banc avec les Nordiques de Québec ? En 1994-1995, avec Jacques Martin, Joel Quenneville était adjoint à Marc Crawford, mais depuis... Il est devenu boss à St. Louis pendant 8 ans, 3 ans au Colorado et 11 ans à Chicago, où il a gagné 3 coupes Stanley. Il est maintenant à la barre des pauvres Panthers et gagez qu’il va les relever.    
  • On chiale à Montréal, mais les Sabres de Buffalo se dirigeaient vers une huitième saison sans participer aux séries.    
  • Quand on dit que tout arrête, ça veut dire la flamme olympique aussi. Ça veut dire que le CIO ne se croira pas au-dessus de la mêlée et attendra bien calmement que les vraies autorités du monde décident. Calmez-vous le tiroir-caisse.    
  • Très brillant ! À compter d’aujourd’hui sur le site de Hockey Québec, une série d’exercices à faire à la maison pour les joueurs et joueuses orientée sur l’amélioration des habiletés techniques et la condition physique. Pour les plus petits et petites aux plus grands et grandes. Bravo !    
  • La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec prend ses responsabilités et recommande de ne plus ouvrir et surfacer les sentiers et, en plus, suggère fortement à ses membres de cesser de circuler avec leur machine. Certains pourraient se retrouver en situation périlleuse en plus d’accroître la possible diffusion du virus. Merci.        
John Kordic
Photo d’archives
John Kordic
  • Seul et trop magané par la vie, John Kordic est mort dans une chambre d’hôtel à l’âge de 27 ans seulement. Aujourd’hui, l’ex-bagarreur du Canadien et des Nordiques aurait eu 55 ans.    
  • À Chandler, avant les événements qui nous limitent tant, c’est Jean Perron et sa conjointe Carole qui, pour la première année et en plus de leur restaurant, s’occupaient de la bouffe au club de motoneige du secteur. C’était trop, a dit le coach de la coupe Stanley de 1986.    
  • Quarantaine oblige et, de retour de la Floride la semaine dernière, Gilbert Delorme diffuse son émission matinale sur 91,9 depuis chez lui.          

PENSÉE DU LUNDI À RIEN FAIRE  

Il est important de rendre quelqu’un heureux.
Il est important de commencer par soi-même.