/misc
Navigation

La discrimination au temps de la COVID-19

Coup d'oeil sur cet article

La peur du virus mène à la peur de l’autre. La peur de l’autre mène au mépris. Le mépris mène à la discrimination. Prendre des précautions sanitaires, ça ne veut pas dire mépriser l’autre.  

Depuis toujours, la discrimination provient souvent de la peur. La peur de la différence. La peur du changement. La peur que notre sécurité soit compromise.   

  • ÉCOUTEZ Me François-David Bernier à QUB radio:

L’arrivée du coronavirus fait ressortir des comportements qu’on croyait ne plus exister, à notre époque, au Québec. Il suffit de penser à la discrimination qu’ont subie des minorités en lien avec le genre, la «race», la religion, etc. C’est aberrant ce qui a pu être fait: interdire l’entrée dans des lieux publics ou mépriser des personnes différentes parce qu’elles représentaient des menaces au confort des uns.   

MENACE  

Maintenant, on a peur du virus! Tous ceux qui pourraient potentiellement en être porteurs deviennent une menace. Allez à l’épicerie et toussez pour faire le test (dans votre coude évidemment). Les gens vous regarderont comme si vous étiez un insecte qu’il faut écraser. Vous aurez une infime idée, à ce moment-là, de ce qu’est la discrimination et de ce qu’ont vécu beaucoup de minorités, de personnes différentes qui étaient perçues comme des menaces par les autres.   

DISCRIMINATION EN LIEN AVEC LA RACE  

Certains vont trop loin avec la peur de contracter le virus. On rapporte même des personnes qui sont allées jusqu'à agresser physiquement des Asiatiques! Du grand n’importe quoi à notre ère. L’agression, c’est l’extrême, mais on constate toutes sortes de comportements discriminatoires envers les personnes originaires de l’Asie et de l’Europe. Certains pensent vraiment qu’ils ont automatiquement le coronavirus et n’auront aucune difficulté à commettre, au nom de la peur, une panoplie d’agissements répréhensibles.  

DISCRIMINATION EN LIEN AVEC L’ÂGE  

On est même rendu à discriminer des gens en lien avec leur âge. Impressionnant la manière dont les personnes qui ont l’air de 70 ans et plus se font regarder. Le gouvernement leur a demandé de rester chez eux, certes, mais il ne faut pas exagérer en les dévisageant lorsqu’on les croise. J’ai quelques personnes qui m’ont écrit en décriant la situation, me racontant ce qu’ils vivent et m’expliquant que jamais ils n’auraient pensé vivre de la discrimination au Québec.  

Le «concept» est allé encore plus loin lorsqu’un homme a voulu aller à la SAQ pour acheter du vin et qu'on lui a refusé l’entrée... c’est de la discrimination en lien avec l’âge. Oui, le gouvernement leur a demandé de rester chez eux et d’aller à l’extérieur uniquement en cas de nécessité... mais ce n’est pas un ordre et ce n’est pas obligatoire. Pour ceux qui se disent «Eh ben, de toute façon, les jeunes de 18 ans et moins ne peuvent pas acheter de vin aussi, donc pourquoi on ne peut pas l’interdire aux 70 ans et plus?» Voyons, ce n’est pas pareil! La loi le prévoit et c’est pour protéger les mineurs. C’est l’article 1 de la charte qui permet ça. Certains argueront qu’on pourrait appliquer la même logique pour les personnes de 70 ans et plus étant donnée la crise, mais je ne pense vraiment pas que ça passerait. Tout ceci sous toute réserve que le gouvernement transmette une ordonnance formelle à un groupe d’âge de ne plus sortir.  

Les règles doivent être uniformes pour tous et je m’indigne qu’on puisse commencer à discriminer les personnes qui ont 70 ans et plus. On comprend qu’ils doivent rester chez eux, le plus possible, pour se protéger, mais il faut être prudent dans la manière de les traiter!  

CIVILISÉ  

Soyons prudent! C’est normal de vouloir se protéger du virus et il faut respecter les directives du gouvernement pour notre intérêt général, mais il ne faut pas tomber dans l’excès, la peur, le mépris. Ce n’est pas le temps de reculer sur les droits de l’homme, on a fait trop de chemin. Il y a moyen de se protéger en respectant et en aimant son prochain, peu importe son origine ou son âge. Mon but ici, c’est de dénoncer ce genre d’agissements et de les prévenir.  

N’oublions surtout pas de ne pas causer à la société des dommages qui pourraient s’avérer encore plus grands que le virus. Il faut rester civilisé.  

Ce n’est pas parce qu’il y a des lois nouvelles activées temporairement à cause de l’état d’urgence sanitaire que les autres lois s’évanouissent soudainement: elles sont toujours en vigueur et garantissent la paix sociale. Il en est de même pour le savoir-vivre et les bonnes manières: elles ont toujours force de loi et coutumes sociales. Si ce n’est plus acceptable de tousser en public, ce ne l’est pas plus d’insulter son voisin. Conservons toujours le plus haut respect pour nos aînés ainsi que pour tout concitoyen.  

VOUS AVEZ ÉTÉ VICTIME DE DISCRIMINATION?  

Si vous avez été victime de discrimination depuis le début de la crise, j’aimerais vous lire afin de dénoncer certains agissements. Vous pouvez m’écrire sur ma page Facebook officielle François-David Bernier.