/opinion/columnists
Navigation

Léviathan

Coup d'oeil sur cet article

Si vous connaissez des gens qui ont déjà travaillé en politique et qui prétendent qu’ils ne rêveraient pas de se trouver dans un cabinet ministériel présentement, vous pouvez les traiter de menteurs de ma part.

Entendons-nous bien. Ce que vivent les personnes qui travaillent avec François Legault et ses ministres, c’est extrêmement difficile et exigeant. Ça vient quand même nourrir les motivations les plus fondamentales de l’engagement politique, comme la volonté de servir et de faire une différence. 

Stimulants 

En prenant le pouvoir, François Legault ne se doutait pas qu’il aurait à gérer une crise de cette ampleur. Celui qui voulait développer l’économie du Québec se voit contraint de plonger son peuple dans une récession qui pourrait devenir une dépression.

Il se lève quand même chaque matin pour prendre les commandes. Il reste calme et conserve un ton posé et rassurant. La discussion qui se déroule dans sa tête lorsqu’il cherche le sommeil a certainement une cadence autrement frénétique.

N’empêche que, malgré les difficultés, François Legault vit probablement un des moments les plus stimulants de sa vie politique, professionnelle et peut-être même personnelle. Il ne le dira peut-être jamais, et c’est correct comme ça.

Légitimité 

Il y a quelque chose qui rappelle le passé péquiste de notre premier ministre dans sa conduite de cette crise. Comme Lucien Bouchard lors du déluge et du verglas, comme Pauline Marois à Lac-Mégantic, les chefs de cette famille politique ont l’instinct pour diriger en temps troubles. Lorsque le Léviathan qu’est l’État déploie tous ses membres et agit avec toute la puissance de son autorité. C’est ce qui les rapproche le plus de la souveraineté.

Si le fédéral semble absent, c’est encore plus fort, c’est comme si le Québec était déjà un pays. Dans l’attitude de François Legault et de son entourage, on reconnaît l’assurance de gens qui gouvernent en se sachant investis de toute la légitimité.