/opinion/blogs/columnists
Navigation

Patience!

Sad woman looking out of the window
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Ce mot va devenir un mantra, au temps du coronavirus.  

Il va nous falloir des tonnes de patience. Hélas, ça ne se vend pas en paquet de 12 rouleaux. 

Revenue de voyage récemment, j’observe la quarantaine et commence à goûter aux joies du confinement. D’ailleurs, j’invite tous les voyageurs qui rentrent au pays à s’y soumettre rigoureusement. 

Au fil des points de presse que tiennent les différents paliers de gouvernement, on comprend que cette situation ne se réglera pas en un éclair et encore moins par miracle. 

Patience, il faudra attendre. Attendre des réponses, des livraisons, des solutions, des avions, des chèques du gouvernement, des jours, des semaines... 

Va falloir «prendre notre gaz égal» comme on dit, parce que nous faisons face à une crise sans précédent. 

Rester chez soi, ça paraît simple. 

Sauf que nous avons l’habitude d’être libres de nos allées et venues. Nous avons nos vies, notre travail.  

Or nous voilà, du jour au lendemain, encabanés avec l’être aimé, les enfants, le chien, le chat, alouette! Quand on ne se retrouve pas au logis tout seul comme un rat. C’est une expression de ma vieille. Pourtant, le rat ne connaît pas la distanciation sociale que je sache.  

Nous allons devoir apprendre à vivre autrement, et ce, pour une période encore indéterminée. 

Ça vaut pour chacun d’entre nous: jeunes et vieux, beaux et laids.  

Avis à ceux qui ne prennent toujours pas cette crise au sérieux en continuant d’ignorer les consignes: vous mettez sciemment votre vie et celles des autres en danger.  

Comme citoyens, nous avons des devoirs et des responsabilités.  

L’entraide va devenir primordiale.  

En milieu urbain, bien des gens vivent seuls sans disposer de réseau familial ou social, les aînés en font partie. Au lieu de les engueuler au supermarché ou à la pharmacie, nous pourrions dans la mesure du possible leur proposer un coup de main. 

Je pense à ceux qui, ayant perdu leur emploi, vivent des moments très difficiles, surtout s’ils sont sans soutien de famille. 

Ceux qui voient leur entreprise en péril. 

Les temps seront durs également pour tous ceux qui travailleront sans relâche à faire tourner la machine ou à sauver des vies.  

Patience!  

Nous allons passer à travers cette épreuve. 

Nous sommes courageux, généreux et ingénieux.  

Il nous reste à faire preuve de discipline et à écouter notre trio de superhéros: François Legault, Danielle McCann et le bon docteur Horacio Arruda. Vraiment craquant Horacio, pas vrai? 

J’avoue avoir un faible pour le docteur... 

Ô, Horacio, quelle plaie que cette distanciation sociale. 

Je déposerais bien un beau bec sur votre joue doctorale.