/sports/hockey/canadien
Navigation

Tatar, le premier depuis Plekanec

Tatar, le premier depuis Plekanec
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

La suspension de la saison survient à un bien mauvais moment pour Tomas Tatar. 

L’attaquant du Canadien connaissait la campagne la plus productive de sa carrière avec 61 points en 68 matchs... jusqu’à l’abrupte interruption des activités dans la Ligue nationale de hockey (LNH) en raison de la pandémie mondiale de coronavirus.  

Ces statistiques placent le Slovaque au sommet des pointeurs de l’équipe, loin devant le Québécois Phillip Danault, qui a amassé 47 points en 71 rencontres.  

Ça faisait un bout de temps qu’un Européen n’avait pas dominé le CH à ce chapitre. Le dernier était le Tchèque Tomas Plekanec en 2011.  

Il faut dire que le titre a longtemps appartenu à l’Américain Max Pacioretty, qui a mené pendant six saisons de suite, de 2012 à 2017, avant de quitter Montréal pour Las Vegas l’année suivante.  

Le Canadien Brendan Gallagher a repris le flambeau en 2018, qu’il a ensuite cédé à son compatriote Max Domi en 2019.  

D’ailleurs, il a fréquemment changé de mains au cours des 30 dernières années, alors que 15 joueurs différents ont terminé au premier rang.  

Plekanec a tenu le coup durant deux ans (2010-2011), après avoir succédé au Russe Alex Kovalev (2006-2008-2009) et au Finlandais Saku Koivu (2007). On parlait alors d’un règne européen!  

Une éternité à attendre...

Pendant qu’on y est, si vous avez l’impression que les joueurs ayant récolté au moins 80 points se font rares avec le Tricolore, vous avez bien raison.  

Il faut effectivement remonter à 2008 pour retracer le dernier joueur à avoir atteint ce respectable plateau. Un certain Kovalev avait alors amassé 84 points, dont 35 buts, en 82 matchs.  

Avant «Kovy», les partisans avaient dû patienter pendant une autre interminable période, soit 11 ans précisément, pour voir un de leurs favoris, en l’occurrence le Québécois Vincent Damphousse, passer finalement le cap des 80 points en 1997.  

Entretemps, dans trois saisons de suite, le meilleur pointeur du Tricolore n’a même pas totalisé 50 points. De 1999 à 2001, Mark Recchi (47), Martin Rucinsky (49) et Oleg Petrov (47) ont successivement mené l’équipe.  

Ça s’est quelque peu amélioré en 2002 grâce à un autre Québécois, Yanic Perreault, auteur de 56 points, soit 12 de plus que Richard Zednik (44), le deuxième à ce chapitre. Ils totalisaient donc seulement 100 points à deux!  

C’est déjà mieux que le duo Oleg Petrov/Saku Koivu (94) en 2001 ou encore le tandem Martin Rucinsky/Dainius Zubrus (91) en 2000...  

Une espèce disparue

Pour les amateurs, une statistique est encore plus décourageante : aucun joueur depuis Mats Naslund en 1986 ne fait partie du prestigieux club des 100 points. On parle quand même d’une disette de 34 ans!  

En comparaison, les Oilers en comptaient à eux seuls deux la saison dernière : Connor McDavid (116) et Leon Draisaitl (105). Déprimant, n’est-ce pas?  

En terminant, doit-on vraiment rappeler que Stéphane Richer (un autre Québécois!) est le dernier marqueur de 50 buts... en 1990. Ce fera exactement 30 ans mardi.