/misc
Navigation

Un peu de logique!

POL-
Photo Guillaume St-Pierre Environ 200 000 personnes traversent d’une rive à l’autre entre Gatineau et Ottawa chaque jour.

Coup d'oeil sur cet article

La Nouvelle-Écosse est devenue hier la troisième province canadienne à fermer ses frontières avec ses voisines. À quand le Québec ?

Avant d’en arriver là, il vaudrait mieux que le fédéral s’impose pour mettre fin aux mesures disparates de confinement.

Il est vrai que le Canada est un grand pays, et qu’il est souvent peu opportun de proposer des solutions mur à mur. Mais en ces temps de pandémie, Ottawa devrait s’assurer que règne une certaine cohérence.

Prenez le Québec et l’Ontario. Depuis le début de la crise, François Legault est systématiquement en avance de deux ou trois jours sur son homologue Doug Ford.  

Résultat : les gens d’Ottawa et Gatineau, qui habitent pourtant la même région, ne reçoivent pas le même message.

« J’avoue que ça fait bizarre. Il faudrait que les mesures soient uniformisées », concède un conseiller municipal d’Ottawa, Mathieu Fleury. « À mon avis, ça va s’en venir dans la prochaine semaine. »

Il n’est pour l’instant pas question de fermer la frontière entre les deux plus importantes provinces du pays.

Québec n’écarte toutefois pas cette option afin de juguler la pandémie de coronavirus. C’est ce qu’a déclaré samedi son médecin en chef, le Dr Horacio Arruda.

Surréel

J’imagine mal comment ma région, celle de la capitale fédérale, peut être coupée en deux. Ottawa d’un côté, Gatineau de l’autre, sans possibilité de circuler.  

Malgré les différences culturelles marquées qui séparent les deux rives, la région est à mes yeux inextricable. 

Pour vous donner une idée, ici, depuis des années, nous sommes à la recherche d’une voie de passage pour un... 6e lien ! En temps normal, environ 200 000 personnes empruntent les cinq ponts interprovinciaux chaque jour.

N’empêche, c’est peut-être le sort qui nous attend, même si le conseiller Fleury n’y croit pas. « Ça ne peut pas se faire. Il n’y a pas réellement de frontière », selon lui.

La Nouvelle-Écosse a donné le ton. Il est bien possible que d’autres provinces en fassent autant. Ce serait après tout conséquent avec le discours des autorités. 

Le premier ministre Legault en appelle déjà à ne pas voyager entre les différentes régions du Québec.

La fermeture des frontières entre les provinces, même si cela devient nécessaire, ajouterait une dose de surréel à ce qui nous arrive.