/finance/business
Navigation

CAE sabre 465 emplois et coupe dans les salaires

Coup d'oeil sur cet article

La multinationale CAE a suspendu ses activités de production de simulateurs de vol, et a procédé à la mise à pied temporaire de 465 travailleurs de son usine montréalaise.   

• À lire aussi: L’industrie aéronautique d’ici forcée de stopper les machines  

Annoncée aux employés vendredi dernier, cette mesure a été confirmée, hier, par le président, Marc Parent, au cours d’une conférence téléphonique à l’intention des milieux financiers.    

Les centaines de travailleurs visés effectueront leur dernier quart de travail le vendredi 27 mars, pour une période minimale « de trois semaines » nous a confirmé sa porte-parole, Pascale Alpha. Une prolongation d’arrêt de production n’est pas écartée, tout comme l’annonce d’autres mises à pied, tant à Montréal qu’ailleurs.   

D’autres coupes à venir  

Marc Parent a qualifié ces prochaines mises à pied temporaires « d’inévitables », tout en précisant que le couperet pourrait s’étendre, la prochaine fois, à d’autres corps de métier. L’entreprise compte actuellement 10 000 employés dans le monde, dont 4000 au Québec.   

Par la même occasion, CAE a indiqué que les employés épargnés par cette première vague de mises à pied s’étaient vu imposer d’importantes réductions salariales.   

C’est ainsi qu’une ponction de 10 % est appliquée à l’ensemble des employés, de 20 % aux directeurs et chefs de service, de 30 % aux vice-présidents et de 50 % aux membres de la haute direction.   

La durée totale de ces coupes demeure incertaine, mais selon nos sources, elles demeureront pour un « minimum de trois mois ».    

Hier, l’action de CAE a perdu 2,47 $, ou 14,56 % de sa valeur, pour s’établir à 14,50 $. Depuis le 7 février, son titre a chuté de 65 % à la Bourse de Toronto.