/24m
Navigation

COVID-19 : Centraide a besoin de 30 millions $ par mois

COVID-19 : Centraide a besoin de 30 millions $ par mois
ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le fonds d’urgence pour la crise de la COVID-19 mis sur pied par Centraide du Grand Montréal a récolté plus de 3 millions $ depuis vendredi, mais l’organisation estime avoir besoin de 30 millions $ par mois – à l’échelle du Québec – pour soutenir les organismes aidant les personnes vulnérables. 

• À lire aussi: [EN DIRECT MARDI 24 MARS] Les derniers développements de la pandémie   

• À lire aussi: COVID-19: Centraide du Grand Montréal met sur pied un fonds d’urgence  

• À lire aussi: Centraide : 15,6 M$ en 2019 pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale  

«Il y a à peu près 3200 organismes sociocommunautaires au Québec. Je vous dirais que le tiers sont en première ligne. Notre estimation, c’est qu’il faudrait 30 millions $ par mois pour pouvoir subvenir à tous les besoins», a dit Lili-Anna Pereša, présidente et directrice générale de Centraide du Grand Montréal. 

L’assistance financière ira en priorité aux initiatives de sécurité alimentaire. Elle servira aussi à renforcer les services d’aide, d’écoute et de référence. 

Mardi, la mairesse de Montréal Valérie Plante a annoncé que la Ville centre et une douzaine d’arrondissements versent 1,19 million $ au fonds d’urgence (inclus dans le 3 millions $). 

«Les demandes pour les organismes communautaires ont littéralement explosé depuis le début de la pandémie», a fait savoir la mairesse Plante. 

Plusieurs entreprises ou institutions ont déjà fait un don au fonds d’urgence. 

«Grâce aux montants récoltés, nous allons pouvoir aider les organismes communautaires éligibles de première ligne, pas uniquement ceux financés par Centraide, à offrir les services essentiels auprès des plus démunis», a indiqué Mme Pereša. 

L’objectif est de répondre aux organismes faisant une demande d’aide financière dans les 48 heures, a-t-elle mentionné. 

Lors de son point de presse quotidien, le premier ministre François Legault a assuré que Québec travaillait à élaborer une liste des organismes communautaires qui ont besoin de bénévoles partout à travers la province. 

Appels au 211

Le nombre d’appels à la ligne 211 Grand Montréal a triplé, passant d’une centaine par jour à plus de 300 quotidiennement. Les trois quarts des appels proviennent de personnes âgées. 

Cette ligne téléphonique sert à diriger les gens vers les organismes et ressources communautaires qui peuvent les aider. Environ 30 % des appels au 211 concernent les besoins alimentaires. Le logement et la santé sont, à peu près à égalité, la deuxième raison la plus fréquente. Suivent ensuite les questions sur l’emploi et le revenu. 

En ce qui concerne le loyer, la mairesse de Montréal invite les propriétaires à se montrer plus flexibles, comme en permettant un report du paiement. Ce serait un beau geste envers les personnes souffrant d’insécurité financière par ces temps-ci, selon elle. 

PME et employés de la Ville 

Vendredi dernier, une ligne téléphonique dédiée a été mise en place pour les PME montréalaises affectées par la crise du coronavirus. «Je ne vous cacherais qu’en ce moment, on reçoit des messages qui brisent le cœur», s’est désolée la mairesse Plante, mentionnant au passage que la ligne était très populaire. «La Ville ne peut pas toute seule sauver une entreprise. Mais si on est capable avec les différents fonds mis en place, et en complémentarité avec les autres paliers de gouvernement, de soutenir les entreprises, on y va au maximum.» 

Chez les employés de la Ville, il n’y a pas de mises à pied de prévues pour l’instant. «Il est possible qu’on en arrive là, mais en ce moment, ce n’est pas le scénario que je privilégie», a dit Mme Plante. Cela dit, «si ça dure plusieurs mois, évidemment, on va devoir faire un plan».