/opinion/blogs/columnists
Navigation

La SAQ: un service essentiel!

Il nous faudra préserver des rituels agréables

La SAQ: un service essentiel!
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont plusieurs à se demander pourquoi le gouvernement québécois a décidé de classer la SAQ parmi les services essentiels. La formule est vite lancée: l’alcool n’est pas un besoin vital, que chacun apprenne à s’en passer pendant la crise! Cela ne fera de mal à personne, ajoutent même ceux qui ne manquent jamais l’occasion de sermonner le commun des mortels et de lui faire la leçon. Il faut éviter un tel raisonnement, qui relève, dans les circonstances, d’un puritanisme quelque peu contre-productif.  

Nous le savons, pendant trois semaines, notre existence collective sera suspendue – en fait, d’une manière ou d’une autre, cela durera bien plus longtemps. L’expérience sera peut-être bucolique pour quelques individus privilégiés, mais globalement, elle sera pénible. Plus que pénible. Et dans de telles circonstances, nous aurions bien tort d’oublier que nous aurons besoin de quelques soupapes pour endurer ces jours difficiles, pour éviter que ce confinement global ne devienne purement et simplement carcéral.  

L’alcool, on le sait, est un lubrifiant social. Il permet aux plus timides de se dégêner le temps d’une soirée et d’oser participer à une fête qu’ils auraient tendance à fuir. Mais c’est aussi, à certains égards, un décompresseur, pour peu que sa consommation ne vire pas à l’ivrognerie. L’immense majorité de la population «sait boire». En fin de journée, le rituel du «petit verre» n’a rien de condamnable. Au contraire. C’est une manière civilisée d’agrémenter l’existence, de cultiver la douceur de vivre. Et dans les temps à venir, pour éviter l’affaissement moral global, nous aurons besoin de tels rituels. Il faudra en inventer plusieurs, d'ailleurs. 

Soyons directs: notre société, bien plus dure qu’on ne le dit, est difficilement tolérable «à froid». Elle ne fonctionne que parce qu’elle est globalement médicalisée, d’une manière ou d’une autre. Je ne parle pas que de la régulation pharmaceutique des émotions, sur laquelle il faudra bien revenir, non plus que de la nécessité, pour plusieurs de nos contemporains, de consulter régulièrement un thérapeute ou un psychologue, un besoin qui n’a rien de trivial dans un monde où les structures communautaires qui encadraient traditionnellement les individus se sont affaissées. On peut considérer que, dans cette prise en charge des émotions collectives, l’alcool joue son rôle (et je comprends que le gouvernement a classé la marijuana dans cette catégorie).  

Si le gouvernement du Québec avait décidé de fermer les SAQ d’ici ce soir, on peut être certain que la population se serait ruée vers elles de manière désordonnée, même anarchique. Le gouvernement aurait aussi sacrifié une part importante du capital de confiance accumulé depuis le début de la crise dans un geste qui aurait été jugé excessif par une bonne partie des Québécois réclamant qu'on lui laisse au moins le droit de vivre. Et ce capital de confiance est précieux dans les circonstances actuelles. Il permet une mobilisation maximale de notre peuple dans cette lutte inattendue contre la pandémie.  

Une fois cela dit, il faudra assurément renforcer les mesures de sécurité dans les SAQ. La sécurité des employés de la société d’État ne saurait être compromise. En la matière, les consignes de la santé publique doivent être suivies à la lettre, avec un zèle religieux, et les délinquants, tôt ou tard, devront être mis à l’amende. Jamais l’appel à se préoccuper de son prochain n’aura été aussi vrai qu’en cette étrange période. Et cela, pas seulement à la SAQ, mais dans l’ensemble de la vie sociale.