/opinion/columnists
Navigation

Le Québec sur pause

Coup d'oeil sur cet article

On s’en doutait, on s’y attendait, en fait, mais la décision de François Legault vient de tomber : le Québec va se mettre sur pause pour trois semaines.

Le ton était un peu plus grave qu’à l’habitude, comme s’il voulait bien faire comprendre que nous entrons collectivement dans une nouvelle phase. Sauf les services essentiels, tout sera fermé. Le confinement deviendra total.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Angoisse

L’expérience sera éprouvante. Les confinés passeront de l’étonnement à l’exaspération et la méfiance des uns envers les autres risque de s’intensifier.

François Legault mise sur le bon sens et l’esprit collectif des Québécois. Il ne veut pas que le confinement devienne policier, mais il a gardé la porte ouverte à des mesures clairement coercitives, si cela devient nécessaire. Chacun doit s’autodiscipliner.

C’était aussi le propos du docteur Arruda, qui a tout à la fois rappelé le bon sens des Québécois et le pouvoir qu’il se réservait de passer à une prochaine étape si trop d’individus contreviennent aux normes de la santé publique.

En disant que nous sommes devant une question de vie et de mort, il utilisait des termes qui s’adressent à nos sentiments les plus intimes.

Que faire de cette pause imposée ?

Nous le savons, les effets économiques de cette suspension de la vie sociale seront immenses. Combien peuvent tenir quelques semaines sans salaire ?

Solidarité

Mais la souffrance psychologique sera aussi pesante. Ne la relativisons pas. Cette période, aussi pesante soit-elle, obligera chacun à développer des réflexes de survie et à cultiver sa vie intérieure. Ce sera là une exigence vitale. On redécouvrira l’importance vitale de la culture, nourriture de l’âme.

On espérera aussi, car ce n’est pas impossible, que les Québécois ressortent plus solidaires que jamais de cette épreuve qui nous oblige à mobiliser les ressources les plus profondes de notre identité collective. On appelle ça l’union sacrée. Je nous en crois capables.