/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas de JO ni de hockey

SPO-HKO-HKN-2017-NHL-ALL-STAR---FAN-FAIR
Photo d'archives, AFP Pas moins de 39 événements ont été présentés au Staples Center après l’annonce du premier cas de COVID-19 à Los Angeles.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a plus de doute possible. Le Comité international olympique doit reporter la présentation des Jeux de Tokyo. Idéalement à l’an prochain. Quant à la Ligue nationale de hockey et à l’Association nationale de basketball, elles devraient faire une croix sur leur saison et attendre que la pandémie de COVID-19 se résorbe avant de reprendre leurs activités.

Ces décisions ne seront pas rendues avant un certain temps, mais il faut se rendre à l’évidence. Le virus maudit se répand à un rythme fulgurant, et les spécialistes en maladies infectieuses disent que le pire est à venir.

Tout ce qu’on peut faire, c’est suivre les consignes de prévention et s’armer de patience. 

Ça s’annonce long.

La peur persistera

Encore là, on peut penser que le retour à la vie normale ne se fera pas rapidement. Une fois la crise terminée, la peur de contracter le virus persistera un certain temps. 

Les gens ne se rueront pas tous en même temps dans les centres commerciaux, les restaurants, les enceintes sportives et les salles de théâtre. 

On va être méfiants.

Vaudra mieux être plus prudents qu’on ne l’a été lorsque les premiers cas d’infection sont apparus.

Los Angeles a trop attendu

Il y a quelques jours, le Los Angeles Times a publié une histoire disant que la moitié des joueurs de la LNH et de la NBA contaminés par le virus étaient passés par le Staples Center dans les jours précédents. On parle du domicile des Kings (LNH), des Lakers (NBA) et des Clippers (NBA).

On apprend que 39 événements ont été présentés à cet endroit après l’annonce du premier cas de COVID-19 à Los Angeles.

Ce compte comprend notamment 19 matchs de basketball, 12 rencontres de hockey, deux compétitions de monte de taureau, ainsi que la soirée hommage à Kobe Bryant, qui a trouvé la mort avec l’une de ses filles dans un accident d’hélicoptère en janvier, et la remise des prix Grammy.

Les trois derniers matchs sportifs ont eu lieu en l’espace de quatre jours. Au nombre des athlètes qui ont attrapé le virus, il y a quatre porte-couleurs des Nets de Brooklyn, dont leur joueur vedette Kevin Durant, ainsi que deux joueurs des Kings et deux joueurs des Sénateurs d’Ottawa.

Chiffres faussés ?

Hier, le comté de Los Angeles rapportait 536 cas et 7 décès sur son territoire. 

Au Japon, le nombre de cas rapportés s’élevait à près de 1100, pouvait-on lire sur le site de l’Organisation mondiale de la santé. Cette estimation était toutefois mise en doute par plusieurs médias, qui accusent les autorités japonaises de ne pas dévoiler les vrais chiffres de peur de voir les Jeux olympiques reportés ou annulés.

Le Japon n’est pas à part du reste du monde dans ce cauchemar. C’est ce que le Canada lui a rappelé en décidant de ne pas envoyer ses athlètes à Tokyo.

Il n’existe pas d’autres solutions. Les athlètes, qui se préparent depuis quatre ans pour ce grand moment de leur carrière, comprennent que la santé passe avant tout à ce moment-ci.

Les joueurs de la LNH n’ont pas la tête aux séries de la Coupe Stanley. Les joueurs de la MLS, qui voyaient leur saison commencer, et les joueurs du baseball majeur, dont la campagne devait s’amorcer cette semaine, savent eux aussi que la situation est indépendante de leur volonté.

Le sport n’est pas important pour l’instant.