/news/health
Navigation

«Dites-nous la vérité!»

Des ambulanciers font face à des patients qui ne sont pas transparents

«Dites-nous la vérité!»
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Les ambulanciers implorent les patients qu’ils doivent transporter de ne pas mentir s’ils représentent un risque potentiel d’être porteurs de la COVID-19, pour éviter la propagation.  

• À lire aussi - Services d’urgence: de plus en plus de secouristes contaminés  

« Dites-nous la vérité, et nous, on va être là quand même pour vous traiter », assure Alexandre Hénault, paramédic chez Urgences-Santé depuis cinq mois.    

Plusieurs personnes préféreraient ne pas être transparentes et cacher certaines informations, comme un retour de voyage, pour des raisons qui échappent aux ambulanciers.    

« Si je l’attrape, automatiquement mon partenaire l’attrape. Puis, on risque de contaminer nos prochains patients, nos collègues, notre famille », s’inquiète sa collègue Marie-Pier Bouffard.   

Collaboration  

Les ambulanciers prennent de bonnes précautions en revêtant un habit de protection et en désinfectant avec soin leur véhicule afin qu’une telle situation ne survienne pas, mais la collaboration de la population est essentielle. Depuis janvier, Urgences-Santé a reçu près de 600 appels pour des cas potentiels de coronavirus, dont 554 en mars.   

« Dans les prochaines semaines, on va être encore plus sollicités. Il ne faudrait pas qu’on ait un manque d’effectifs parce que plusieurs ambulanciers ont attrapé la COVID-19 », fait valoir Alexandre Hénault.    

Ces mensonges pourraient d’ailleurs expliquer pourquoi deux paramédics de l’entreprise HRH services préhospitaliers, à Repentigny, sont désormais atteints et que de nombreux autres collègues présentent des symptômes.   

« Les gens nous cachent des symptômes de peur de ne pas être transportés, mais tous les patients seront transportés, c’est notre travail de le faire », lance Sébastien Gourre, secrétaire général de la section locale de la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec.   

Marie-Pier Bouffard a revêtu l’habit de protection qu’elle et tous ses collègues ambulanciers doivent revêtir lorsqu’ils doivent traiter un cas possible de la COVID-19.
Photo Chantal Poirier
Marie-Pier Bouffard a revêtu l’habit de protection qu’elle et tous ses collègues ambulanciers doivent revêtir lorsqu’ils doivent traiter un cas possible de la COVID-19.

Lunettes   

Employées dans plusieurs types d’intervention, elles protègent les yeux des risques de contamination.    

Masque respiratoire  

Le masque permet de protéger le visage et de filtrer les bactéries pour éviter de contracter un virus. Le modèle 3M 6000 est réutilisable. Il faut le désinfecter entre chaque usage et changer les cartouches roses. Les 1000 ambulanciers d’Urgences-Santé vont en recevoir un.    

Gants  

Utilisés en tout temps, ils permettent de ne pas toucher directement des patients infectés. Ils sont systématiquement jetés.   

Jaquette  

«Dites-nous la vérité!»
Photo Chantal Poirier

La jaquette vient protéger les vêtements afin qu’ils ne soient pas exposés à des particules de la COVID-19. Elle est jetée après chaque usage.   

– Avec Frédérique Giguère 

À VOIR AUSSI