/world/europe
Navigation

Coronavirus: le Parlement britannique mis en pause pour un mois

Coronavirus: le Parlement britannique mis en pause pour un mois
AFP

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | Le Parlement britannique a fermé ses portes mercredi soir pour près d’un mois en raison du nouveau coronavirus, malgré les critiques de l’opposition qui jugeait « vital » que les députés siègent pendant cette période critique. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie

Les députés ont adopté une motion du gouvernement conservateur, qui dispose d’une large majorité, pour que le Parlement cesse de siéger dès mercredi, soit une semaine avant la date prévue de la pause parlementaire de Pâques, et ce jusqu’au 21 avril. 

Pour le ministre du Logement Robert Jenrick, interrogé sur la BBC, une telle fermeture est « raisonnable » compte tenu des mesures prises par le gouvernement pour freiner la propagation de la pandémie. 

« Le Parlement doit évidemment donner l’exemple », a-t-il ajouté. 

Le premier ministre britannique Boris Johnson a décrété lundi un confinement de la population du Royaume-Uni pour au moins trois semaines, ordonnant aussi la fermeture de tous les magasins et services non essentiels. 

Coronavirus: le Parlement britannique mis en pause pour un mois
AFP

Les dernières sessions de questions au gouvernement s’étaient déjà tenues en petit comité, en raison du nombre de députés malades ou ayant pris la décision de s’isoler, mais aussi pour éviter des contacts trop rapprochés entre les 650 députés que compte la Chambre des communes (chambre basse). 

M. Jenrick s’est en revanche déclaré « certain que le Parlement reprendra ses sessions après les vacances de Pâques », soulignant qu’il était important que les députés jouent leur rôle ». 

La fermeture anticipée du cœur de la vie démocratique britannique a suscité de vives critiques de la part de l’opposition. 

« Il est vital que les députés puissent poser des questions et examiner l’action des ministres pendant cette période d’urgence nationale », a estimé le député travailliste Ben Bradshaw sur Twitter. 

« Fermer le Parlement pendant un mois alors que nous devons toujours mettre en place des mesures clés pour les travailleurs indépendants ou les locataires est un problème », a pour sa part jugé le député Lloyd Russell-Moyle, suggérant des sessions en ligne et des débats virtuels. 

Lors de sa dernière séance avant la trêve mercredi, le Parlement a adopté une législation d’urgence qui donne au gouvernement le pouvoir de forcer les citoyens à se confiner et doit encore être adoptée définitivement. 

Pour le travailliste Jeremy Corbyn, ce mercredi a aussi marqué sa dernière séance hebdomadaire de questions au premier ministre en tant que chef de l’opposition. « Je serai là, j’exigerai la justice pour le peuple », a souligné celui qui lors de sa prochaine séance à la Chambre des communes siègera en tant que simple député du quartier d’Islington à Londres. 

« Nous n’étions pas d’accord sur tout », a euphémisé le premier ministre Boris Johnson en rendant hommage à son farouche opposant, « mais personne ne peut douter de sa sincérité et de sa détermination ». 

Le nom du nouveau dirigeant du Labour, qui a subi une défaite historique aux législatives de décembre, sera annoncé le 4 avril. 

Considéré plus centriste que le très à gauche dirigeant sortant, Keir Starmer, 57 ans et responsable pendant trois ans du dossier du Brexit au sein de l’opposition, fait figure de favori.