/news/green
Navigation

COVID-19 : Quatre centres de tri, dont celui de Québec, contraints de fermer

COVID-19 : Quatre centres de tri, dont celui de Québec, contraints de fermer
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Quatre centres de tri, dont celui de la Ville de Québec, ont été contraints de suspendre leurs activités en raison du coronavirus. 

Société VIA a cessé ses opérations mardi soir, et jusqu’au 14 avril, dans les centres de tri de Québec, de Lévis, de Rivière-du-Loup et de Dégelis, pour des raisons sanitaires. 

Le porte-parole de la Ville de Québec, David O’Brien, a indiqué que pour l’instant «la collecte se poursuit». La MRC de Charlevoix a annoncé la même chose dans un communiqué. 

M. O’Brien n’a pas souhaité donner davantage des détails indiquant qu’un point de presse était prévu jeudi pour annoncer les prochaines étapes dans ce dossier. 

Les conséquences de ces fermetures sont incertaines, mais cela pourrait ralentir le ramassage des bacs bleus dans les quelques 175 municipalités, essentiellement dans les régions de la Capitale-Nationale et du Bas-Saint-Laurent, desservies par VIA. 

Mesures d’hygiène

La collecte et la gestion des matières résiduelles sont dans la liste des services essentiels établie par le gouvernement du Québec. Les entreprises de ce secteur doivent donc continuer d’opérer normalement, malgré la pandémie de COVID-19. 

Toutefois, des raisons sanitaires ont forcé Société VIA à suspendre ses opérations. 

Dans une lettre envoyée à des partenaires d’affaires dont notre Bureau d’enquête a obtenu copie, l’opérateur de centres de tri indique ne plus pourvoir assurer « la mise en application de l’ensemble des mesures d’hygiène prescrites par le gouvernement», précise le président-directeur général de VIA, Jean-Sébastien Daigle. 

Plus de 60% des 220 employés de cet organisme à but non-lucratif d’économie sociale sont des gens avec limitations fonctionnelles.  

«Une partie des employés est plus vulnérable au virus. De plus, il s’avère que pour certains, la difficulté de compréhension de l’importance des mesures d’hygiène à adopter dans les circonstances est une source de risques supplémentaires», ajoute M. Daigle. 

Société VIA n’a pas retourné nos appels mercredi. 

Industrie en crise

Ceci survient alors que l’industrie québécoise du recyclage est en difficulté.  

Il y a deux ans, la Chine a fermé ses frontières aux matières recyclables étrangères, car elles étaient trop contaminées. Les centres de tri du Québec y envoyaient notamment du papier mixte, qu’ils produisent en grande quantité. 

Depuis, d’autres marchés asiatiques ont resserré leurs règles, dont l’Inde. Au Québec, le papier récupéré est donc souvent vendu à perte. 

Conséquences de cette crise, la compagnie Rebuts solides canadiens, qui opère deux centres de tri à Montréal, celui de Châteauguay et celui de Saguenay, a enclenché des procédures de faillite cet hiver, en plus de fermer son centre de Longueuil en novembre. 

La Société VIA avait justement signé un contrat avec la Ville de Saguenay, en décembre, pour reprendre les opérations du centre de tri délaissé par Rebuts solides canadiens.