/world/america
Navigation

COVID-19 au Brésil: risque de «chaos» et de «pillages», avertit Bolsonaro

COVID-19 au Brésil: risque de «chaos» et de «pillages», avertit Bolsonaro
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président Jair Bolsonaro a affirmé mercredi que les mesures de confinement imposées par divers États du Brésil contre le coronavirus pouvaient provoquer « le chaos » et « des pillages » et menaçaient « la normalité démocratique ». 

• À lire aussi: COVID-19 au Brésil: les sans-abri de Rio en mode survie

• À lire aussi: COVID-19 : Bolsonaro rejette le confinement qui menace selon lui de ruiner le Brésil

« Les entreprises ne produisent plus rien. Elles ne peuvent plus payer leur personnel. Et si l’économie s’effondre, on ne pourra pas payer les fonctionnaires. Le chaos nous guette », a lancé M. Bolsonaro à des journalistes devant sa résidence officielle de Brasilia. 

Dans une allocution télévisée mardi soir, le président avait déjà fustigé la fermeture des écoles et commerces dans les États de Sao Paulo et Rio de Janeiro, deux principaux foyers de contamination du coronavirus qui a fait 46 morts à ce jour au Brésil. 

Il est allé plus loin mercredi : « Si nous avons des problèmes comme ceux qui peuvent surgir au Brésil, avec des pillages de supermarché, alors le virus va continuer » de se propager, et « nous aurons le chaos et le virus », a-t-il estimé. 

« Que devons-nous faire ? Remettre les gens au travail. Protéger les aînés, ceux qui ont des problèmes de santé. Mais rien au-delà, au contraire », a-t-il dit, en évoquant les violents troubles sociaux au Chili, qui ont fait une trentaine de morts depuis octobre dernier. 

Jair Bolsonaro, un ancien militaire d’extrême droite nostalgique de la dictature, a ajouté que le « chaos » pourrait représenter un défi pour la stabilité politique. 

« Est-ce que le Brésil peut sortir de la normalité démocratique que vous défendez tant ? Personne ne sait ce qui peut se passer au Brésil. Mais si menace il y a, elle ne viendra pas de moi, vous pouvez être rassurés », a-t-il poursuivi. 

Le président devait faire une nouvelle allocution à la Nation à la mi-journée. 

Jair Bolsonaro, grand admirateur de Donald Trump, a enfin commenté le fait que le président américain souhaitait lui aussi la remise en marche de l’économie de son pays, en pleine crise du covid-19. 

« J’ai entendu Trump hier. Il est sur une ligne similaire à la mienne, tout indique qu’il va rouvrir à partir d’aujourd’hui les postes de travail », a-t-il conclu.