/world/europe
Navigation

COVID-19: des groupes criminels « inondent » les marchés de faux médicaments

COVID-19: des groupes criminels « inondent » les marchés de faux médicaments
FOTOLIA

Coup d'oeil sur cet article

Des millions de faux médicaments, dispositifs médicaux et masques contrefaits, vendus comme de prétendus remèdes contre le coronavirus, « inondent » les marchés, a averti mercredi l’agence européenne de police Europol, faisant état de plus de 4 millions saisis et de plus de 121 arrestations. 

• À lire aussi: [EN DIRECT MERCREDI 25 MARS] Les derniers développements de la pandémie

• À lire aussi: Des fraudeurs tentent de profiter de la crise

• À lire aussi: Chloroquine vs coronavirus, que sait-on ?

« Des millions de produits prétendument capables de guérir ou de combattre le (nouveau) coronavirus ont été retirés de la vente ces dernières semaines », a déclaré un porte-parole d’Europol à l’AFP. 

Une opération menée début mars dans 90 pays et soutenue par Europol a permis la saisie de 4,4 millions de faux médicaments, le démantèlement de 37 groupes de criminalité organisée et l’arrestation de 121 personnes, selon Europol. 

L’opération a également entraîné la fermeture de 2.500 liens renvoyant vers des produits liés au Covid-19 sur des sites web, réseaux sociaux, marchés en ligne et annonces. 

L’apparition de la pandémie de nouveau coronavirus a fait de la vente de produits sanitaires contrefaits ou de qualité inférieure « un domaine d’activité criminelle clé », observe Europol, ajoutant que des groupes criminels « profitaient de la situation en inondant les marchés de produits contrefaits en réponse aux pénuries ». 

Il s’agit notamment de médicaments antiviraux, antibiotiques, paracétamol, ibuprofène, et des antipaludiques, tels que la chloroquine et l’hydroxychloroquine, que certains veulent généraliser comme traitement contre le Covid-19, alors que les autorités sanitaires, dont L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), appellent à la prudence.  

De prétendus vaccins sont également vendus illégalement, ainsi que des désinfectants pour les mains et des tests de diagnostic, a précisé Europol.