/entertainment/tv
Navigation

COVID-19: «Salut Bonjour» s’adapte d’heure en heure

COVID-19: «Salut Bonjour» s’adapte d’heure en heure
PHOTO COURTOISIE TVA

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Des funambules en équilibre sur un fil de fer. Voilà une image qui représente bien l’équipe de Salut Bonjour par les temps qui courent, alors que Gino Chouinard et ses troupes doivent s’adapter d’heure en heure aux développements liés à la pandémie de COVID-19 pour informer correctement la population.

«On commence à marcher sur le fil à 6 h, on sait qu’on va en débarquer à 10 h, mais entre les deux, on ne sait pas si on va perdre l’équilibre, s’il y aura du vent ou du soleil. À chaque matin, c’est différent. Chaque matinée offre son lot de nouvelles différentes et en évolution, alors on s’adapte», résume en entrevue le capitaine de l’émission matinale de TVA.

«Mes matins passent tellement vite, ajoute Gino. Je ne les vois pas aller. Ça me demande un focus et une concentration tellement grands! À chaque matin, on part de ce qu’on sait, et on finit souvent avec autre chose en fin d’émission, que ça soit les bilans qui changent, les consignes qui évoluent, les développements sur les tests qui s’effectuent. Tout bouge rapidement. On essaie de fournir un maximum d’informations pertinentes. C’est plus exigeant, ça demande un effort collectif plus grand.»

Mesures sérieuses

Toute la logistique entourant Salut Bonjour a été revue et modifiée depuis que le Québec est en confinement, il y a maintenant deux semaines. Dès que le gouvernement annonce une mesure à suivre, l’équipe l’adopte, à commencer par la distanciation sociale, que Gino et ses collaborateurs ont intégrée progressivement.

«On a attendu une journée ou deux, puis on s’est dit qu’il fallait oublier les cadres normaux de la télévision et respecter ce que la santé publique nous demande. On s’est mis à s’éloigner. Maintenant, on n’est jamais plus que deux en même temps sur le plateau, et toujours distanciés d’au moins un mètre et demi, sinon plus.»

Dans la foulée, les invités de Salut Bonjour accordent désormais leurs entrevues par vidéo, avec le concours de Skype ou autre logiciel du genre. L’absence de contraintes liées à la présence physique des convives permet ironiquement d’accueillir plus de personnes dans un même avant-midi, parfois près d’une dizaine d’intervenants.

Les réunions de production prennent des allures différentes, désormais tenues au moyen d’une application technologique. Les recherchistes travaillent à la maison le jour, le nombre de techniciens œuvrant dans le studio la nuit a été réduit. Les membres de l’équipe technique doivent se laver les mains à chaque demi-heure, selon un protocole établi par TVA. Et, depuis lundi, il n’y a plus de maquilleurs ni de coiffeurs qui bichonnent les différents chroniqueurs avant qu’ils ne se pointent à la caméra ; chacun possède une trousse personnelle bien désinfectée, et effectue lui-même sa mise en beauté.

COVID-19: «Salut Bonjour» s’adapte d’heure en heure
PHOTO COURTOISIE/TVA

Quant à Gino Chouinard, il prend grand soin de limiter ses allées et venues et de conserver une «bulle» d’espace autour de lui, histoire de garder la santé et pouvoir demeurer au fidèle au poste, quoi qu’il arrive.

«Mon bureau est nettoyé, et personne n’entre dans ma zone professionnelle, expose-t-il. Je suis sur un coin de la table, mes notes sont là, et personne ne touche à ma tablette, mon ordinateur et mon verre d’eau. On a vraiment tout adapté pour éviter d’être contaminés, et de devenir des agents de contamination.»

Arc-en-ciel

S’il dit s’inquiéter pour les entrepreneurs affectés par la crise et se désoler pour ceux et celles qui ont dû annuler des vacances, Gino Chouinard se réjouit néanmoins de l’efficacité du gouvernement, qui a promptement pris les choses en main quand la situation est devenue critique. «De tout ça, j’imagine, va ressortir du bon, qui risque de survivre à la gravité du moment. Il y a des comportements humains qui se développement et qui vont peut-être rester», mentionne sagement celui qui a bricolé et affiché un arc-en-ciel chez lui avec ses enfants le week-end dernier, en symbole de solidarité.

Salut Bonjour, du lundi au vendredi, 6 h, à TVA.