/news/society
Navigation

Déménager dans un Québec sur pause et sans rassemblement

Notre journaliste doit emménager dans un nouvel appartement le 4 avril

Déménagement coronavirus
Photo courtoisie Camille Dauphinais-Pelletier a déjà commencé à faire ses boîtes en vue de son déménagement prévu le 4 avril à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Nos journalistes vivent eux aussi toutes sortes de problèmes et de péripéties dans leur vie quotidienne. Ils nous livrent ici leurs témoignages personnels, dans lesquels plusieurs de nos lecteurs se reconnaîtront. 


Comme plusieurs Montréalais, je dois déménager cette année. Avec la crise du logement qui se profile, je croyais que le défi serait de réussir à mettre la main sur un appartement qui me convient, mais j’ai eu la chance d’en trouver un rapidement. J’aurai quand même un problème à régler : celui de déménager pendant que le Québec est sur « pause », pour reprendre les mots du premier ministre François Legault. 

  • ÉCOUTEZ Hans Brouillette, directeur des affaires publiques à la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec, à QUB radio:

Selon mes plans, je devais vider mon appartement situé dans le quartier Côte-des-Neiges le 4 avril pour me rendre dans Villeray. Comme je ne changerai pas de région, je prévois toujours déménager à cette date — même s’il est difficile de savoir ce qu’il sera encore permis de faire dans 10 jours. 

Je n’ai pas une tonne de meubles à déménager : les grosses pièces se résument à un lit, une commode ainsi qu’une table.  

Avec les quelques amis et collègues qui m’ont proposé leur aide, on devrait y arriver. 

Mais avons-nous le droit de nous réunir alors que nous n’habitons pas dans le même foyer ? D’être ensemble successivement dans deux immeubles de deux quartiers différents ?  

Quand j’y pense, si on se fie aux directives du gouvernement, c’est exactement le genre de petit rassemblement d’allure inoffensive qu’il faut éviter si on veut vraiment limiter la contagion. 

Revoir mon budget 

Je vais donc devoir réviser mon plan. Les déménageurs sont sur la liste des services essentiels diffusée par le gouvernement du Québec lundi et ont le droit de continuer de travailler.  

Je vais donc annuler la location de la fourgonnette que j’avais réservée pour l’occasion, dire à mes bons samaritains qu’ils pourront rester chez eux et transformer mon budget « pizza et bière » en budget « déménageurs » (ce qui risque de le faire gonfler de quelques centaines de dollars, mais dans les circonstances, c’est un moindre mal). 

Une chose qui ne semble pas faire partie de la liste des services essentiels, ce sont les vendeurs de meubles et d’électroménagers. Effectivement, aller magasiner un nouveau fauteuil pour agrémenter son salon ou contempler les plus récents modèles de frigos n’est pas une nécessité, mais l’appartement où je m’en vais n’a ni cuisinière ni réfrigérateur. Il va bien falloir que j’en achète. 

Sandwichs au beurre d’arachide 

J’ai téléphoné hier à quelques commerces d’électroménagers usagés que j’avais ciblés pour mon déménagement, et reçu des réponses contradictoires quant à la disponibilité de leurs services.  

À un endroit, on me disait qu’à partir de minuit, c’était fini pour trois semaines ; à un autre, que tout continuait comme d’habitude, et une troisième place m’a informée qu’elle ne ferait que de la vente par livraison, mais que les vendeurs pourraient m’envoyer des photos au préalable.  

Pas clair ! 

J’ai bon espoir que la situation se précise au cours des prochains jours, mais sinon, pas le choix : je mangerai des sandwichs au beurre d’arachide et je me ferai du café sur le balcon avec mon réchaud de randonnée qui fonctionne au propane. 

Encore heureux que j’aie un lit ! 

Est-il permis de déménager ? 

« Présentement, si vous déménagez, les règles de distanciation sociale doivent être respectées. Les locataires qui ont déjà signé un bail avant le 17 mars ont le droit d’accéder à leur logement. D’ailleurs, certaines audiences à la Régie du logement continuent de se tenir. »  

– Hans Brouillette, directeur des affaires publiques à la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec