/world/america
Navigation

La Colombie en confinement général contre la COVID-19

La Colombie en confinement général contre la COVID-19
AFP

Coup d'oeil sur cet article

BOGOTA | La Colombie, troisième pays le plus peuplé d’Amérique latine, est entrée en confinement général obligatoire mercredi pour près de trois semaines, afin d’enrayer la pandémie du nouveau coronavirus. 

• À lire aussi: Les derniers développements de la pandémie

Cette expérience, sans précédent pour la quatrième économie de la région, a débuté mercredi à 0 h 1 (heure locale) sur ordre du président Ivan Duque.  

Le confinement est imposé jusqu’au 12 avril inclus aux quelques 48 millions d’habitants de ce pays, qui compte jusqu’à présent 378 cas confirmés de la COVID-19, dont trois décès. 

« Restons à la maison, évitons que le virus ne se propage et sauvons des vies. C’est le grand objectif que nous avons fixé avec cette quarantaine générale », a déclaré le chef de l’État. 

Ce pays rejoint ainsi d’autres de la région, comme l’Équateur voisin, ainsi que l’Argentine, la Bolivie, le Salvador, qui ont adopté cette restriction drastique de circulation de leurs habitants. 

Les Colombiens ne peuvent sortir de chez eux que pour faire des courses ou promener leur chien, à raison d’une personne par famille, ou en cas de force majeure. Les infractions sont passibles d’amendes, voire de prison.  

Sont exemptés les personnels des services de santé, d’hygiène, de télécommunication, des établissements financiers ainsi que des médias. 

Plus de 2,6 milliards d’habitants de la planète, un sur trois, ont été appelés à se confiner contre la COVID-19, dont plus de 400 000 cas ont été déclarés, parmi lesquels plus de 18 000 décès, selon un décompte de l’AFP à partir de sources officielles. 

La Colombie a déjà pris plusieurs mesures pour endiguer la pandémie avec le confinement depuis vendredi de plus de la moitié de sa population, notamment dans les principales villes, à l’initiative de la maire de Bogota, Claudia Lopez.  

M. Duque a ordonné de surcroît la fermeture des frontières, l’interdiction des vols de passagers, la suspension des cours en présentiel et des rassemblements, ainsi que le confinement jusqu’au 30 mai des plus de 70 ans, vulnérables à la maladie. 

Mais mardi, plusieurs dizaines de personnes se sont agglutinées au terminal routier pour quitter Bogota, tandis que des travailleurs informels manifestaient dans le centre de la capitale pour réclamer des aides, se confrontant aux forces de l’ordre. 

M. Duque a annoncé des allocations, ainsi que le reversement de la TVA aux plus défavorisés. 

Quelque 60 000 militaires et policiers seront déployés pour « faire respecter » le confinement, surveiller les frontières, les hôpitaux, ainsi que les aéroports, a annoncé le ministre de la Défense, Carlos Holmes Trujillo.