/finance/opinion/columnists
Navigation

Les services de paie à la rescousse d’Ottawa

Coup d'oeil sur cet article

Dans le but de désengorger l’assurance-emploi, je propose au gouvernement de Justin Trudeau de se servir des centres de services de paie avec qui nombre d’entreprises font affaire pour accélérer le traitement des demandes et le versement des prestations.  

En raison de la paralysie d’un très (très) grand nombre d’entreprises à cause de la pandémie de la COVID-19, des mises à pied massives ont été effectuées.  

En conséquence, l’assurance-emploi est débordée par la vague sans précédent des demandes d’assurance-chômage. 

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

Et Justin Trudeau est conscient du drame.  

« Nous reconnaissons que les gens sont inquiets. Inquiets de comment ils vont pouvoir payer leurs emplettes, qu’ils vont pouvoir payer leur loyer... si leur revenu est contraint [sic] ou leur chèque de paie n’arrive pas. On comprend que c’est un défi massif pour le gouvernement d’acheminer autant d’argent à autant de monde, mais il faut que ça soit fait rapidement... » 

URGENCE-CHÔMAGE 

En vertu de l’état d’urgence dans lequel est plongé le pays, il me semble approprié que le gouvernement fédéral mette rapidement sur pied un tel système de collaboration entre l’assurance-emploi et les sous-traitants de la paie que sont les centres de services de paie indépendants. 

Au nombre des centres de services de paie indépendants, on retrouve ceux offerts par Desjardins (à 26 000 entreprises), Banque Nationale avec Nethtris (17 000 clients), Algo (5000 clients), BDO Canada, etc. 

Le système de collaboration avec lesdits centres de paie que je propose serait à mes yeux financièrement à la charge du gouvernement fédéral et non des entreprises. Bien entendu, il faudrait que les centres de services de paie obtiennent l’autorisation de leurs clients, les entreprises. 

LA SOLUTION 

Ainsi, au lieu de faire affaire directement avec les millions de chômeurs canadiens, l’assurance-emploi pourrait accélérer le traitement des demandes en confiant aux centres de services de paie une partie de leur travail. 

Ces centres de services de paie ont eux-mêmes tous les renseignements requis par l’assurance-emploi pour notamment vérifier l’admissibilité des employés aux prestations et en calculer le montant. 

Dans un deuxième temps, l’assurance-emploi n’aurait qu’à mettre à la disposition des centres de services de paie le montant total des prestations à verser.   

Et, dans un troisième temps, ce sont ces centres de paie qui seraient chargés de verser directement aux chômeurs les prestations individuelles, comme c’est le cas pour la paie. 

Lorsque la crise liée à la COVID-19 sera terminée et que la vie économique sera revenue à la normale, les employés de l’assurance-emploi auront le temps de revérifier les prestations accordées et de corriger (à la baisse ou à la hausse) les sommes versées aux chômeurs. 

Mais en ce moment, les chômeurs ont faim. Un grand nombre de familles sont en détresse financière. 

Les employés de l’assurance-emploi ne sont pas assez nombreux pour répondre à l’urgence-chômage. 

Requérir l’aide des centres de services de paie pour désengorger l’assurance-emploi devrait faire partie des priorités du gouvernement de Justin Trudeau. 

Il reste à souhaiter que cette mesure visant à accélérer le versement des prestations d’assurance-emploi obtienne l’appui de François Legault et des autres premiers ministres provinciaux.